"Trois raisons pour vendre l'action Proximus"

En 2020, le titre Proximus a sous-performé de 15% le secteur des télécoms en Europe. ©Peter Hilz

Morgan Stanley conseille désormais de débarrasser son portefeuille des actions Proximus, dont la valeur a chuté de 30% depuis le début de l'année. Voici ses arguments.

Avec une chute de 30% de la valeur de son action, l’année boursière 2020 est à oublier au plus vite pour Proximus et ses actionnaires. Mais comme si cela ne suffisait pas, un broker est encore venu remuer le couteau dans la plaie ce lundi. Indépendamment de l’acquisition de Mobile Vikings annoncée ce matin (lire plus bas), Morgan Stanley conseille désormais de vendre la valeur alors qu’il avait adopté une position "neutre" auparavant. Son objectif de cours est passé de 20,2 euros à 19 euros.

Valorisation excessive

Trois raisons l’ont poussé à dégrader sa recommandation.

"Malgré une sous-performance de 15% par rapport au secteur européen depuis début janvier, la valorisation reste relativement peu attractive."
Morgan Stanley

Un. Pour l’équipe d’analystes, la croissance du chiffre d’affaires est la clé pour le secteur des télécoms en 2021. Or, Proximus affiche moins de visibilité à ce niveau et cela pour deux raisons: les risques liés au plan de transformation touchant la clientèle entreprises et ceux liés à la vente de VOO.

Deux. En raison des importants investissements prévus dans la fibre optique, Morgan Stanley table sur une contraction significative du cash-flow libre pour les trois prochaines années, Proximus affichant la performance la plus faible parmi ses pairs. Le broker anticipe une chute de 30% environ en 2021, de 20% en 2022 et de 10% en 2023. Pour 2021, il table sur des revenus domestiques et un ebitda sous-jacent en baisse respectivement de 1,1% et de 0,8%.

Trois. Une valorisation excessive. Malgré une sous-performance de 15% par rapport au secteur européen depuis début janvier, la valorisation reste relativement peu attractive, estiment les analystes. Certes à 6,7%, le rendement du dividende est intéressant, mais il ne sera pas couvert, loin de là, par le cash-flow libre.

Mobile Vikings

130 millions
euros
Proximus a annoncé le rachat de Mobile Vikings pour 130 millions d'euros.

Ce matin, Proximus a annoncé le rachat de l’opérateur virtuel Mobile Vikings pour 130 millions d’euros, ce qui représente 8,7 fois l’ebitda hors synergies. Pour Ruben Devos, de KBC ("conserver"; 20 euros), cette annonce constitue une surprise dans la mesure où il voyait plutôt Telenet ou Orange Belgium (dont Vikings est le client) procéder à cette acquisition.

Cette transaction va accroître le niveau d’endettement de la société, avance-t-il, mais Proximus dispose de plusieurs cartes dans sa manche pour alléger son bilan en désinvestissant (partiellement) dans BICS, Be-Mobile, son quartier général à Bruxelles, …

De son côté, David Vagman, d’ING ("vendre"; 19 euros), se demande quelle va être la réaction des autorités de la concurrence au vu de la part de marché très élevée (supérieure à 40%) de Proximus en Belgique, et notamment en Flandre. Il n’exclut pas certains aménagements.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés