Un fonds spéculatif veut le double pour Orange Belgium

Orange propose 22 euros par action pour racheter sa filiale belge. ©Phanie

Polygon Global Partners qui détient 5,29% du capital d'Orange Belgium estime que l'action de cette dernière vaut entre 39,5 et 47,25 euros.

ça rue dans les brancards après l’annonce de l’OPA que souhaite lancer Orange sur sa filiale belge. Le prix proposé de 22 euros par action, soit un total de 620 millions d’euros, reste en travers de la gorge d’un actionnaire, Polygon Global Partners. Ce fonds spéculatif détient une participation de 5,29% dans le capital d’Orange Belgium et peut donc mettre à mal le projet du groupe français de procéder à une offre de reprise après l’OPA pour radier ensuite le titre de la cote. Il faut en effet détenir 95% du capital pour procéder de la sorte.

Ridiculement bas

Pour Polygon, le prix proposé est ridiculement bas et s’apparente à une tentative de profiter de la faiblesse du cours provoquée par la pandémie. Selon ses calculs, le juste prix se situerait entre 39,5 et 47,25 euros par action. Rien qu’en vendant deux tiers de ses 3.100 mâts de téléphonie en se référant au prix pratiqué dernièrement en Europe (300.000 euros l’unité), on pourrait récolter 600 millions d’euros en cash, a-t-il calculé. Les relouer ne coûterait que 30 millions d’ebitda par an. Il rappelle aussi que le groupe belge a relevé récemment ses prévisions et que la croissance pour les cinq prochaines années s’accélère grâce au succès de l’offre du câble.

600
millions d'euros
La vente de deux tiers des mâts de téléphonie d'Orange Belgium rapporterait 600 millions d'euros, estime Polygon.

En ce qui concerne la valorisation, Polygon avance que les groupes télécoms européens à faible croissance pèsent six fois leur ebitda contre 7,5 fois pour ceux affichant une meilleure vitalité. Il note que, selon les analystes, Orange Belgium devrait dégager un ebitda de 340 millions d’euros en 2011.

L’annonce de la position du fonds n’a pas provoqué une spéculation sur le titre qui stagne juste sous le prix de l’offre. Polygon souhaite rencontrer les administrateurs indépendants du groupe qui sont au nombre de 5 sur un total de 12. Le conseil d’administration devra en effet se pencher prochainement sur le rapport d’un expert indépendant portant sur les conditions de l’offre.

Rôle d'activiste

Pour David Vagman d’ING qui maintient son objectif de cours de 29 euros alors que beaucoup d’analystes ont aligné le leur sur le prix de l’offre, il y a trois éléments intéressants à retenir dans la position du fonds.

"Polygon est sorti du bois et joue de ce fait ouvertement un rôle d’activiste avec comme objectif de mettre les administrateurs indépendants sous pression."
David Vagman
Analyste chez ING

Tout d’abord, la valorisation implique un potentiel de hausse de 100% ce qui va attirer l’attention de beaucoup d’investisseurs dont les actionnaires d’Orange Belgium qui auraient pu considérer l’offre de 22 euros comme correcte - même si pas très généreuse - au vu de la prime de 35%.

Ensuite, Polygon est sorti du bois et joue de ce fait ouvertement un rôle d’activiste avec comme objectif de mettre les administrateurs indépendants sous pression et d’attirer plus de soutien dans ses actions.

Enfin, il peut espérer fédérer autour de lui d’autres investisseurs que ce soient des actionnaires de longue date ou d’autres fonds.

On notera à ce sujet que le gestionnaire d’actifs indépendant Boussard et Gavaudan détient un bloc de 3,02% dans Orange Belgium déclaré en 2014 et qu'il n'a pas encore fait entendre sa voix. Mais il peut exister d’autres actionnaires de poids dont la participation est restée inférieure au seuil de déclaration.    

L'affaire Spadel

Ce qui ressemble déjà à un bras de fer n’est pas sans rappeler un dossier similaire qui a défrayé la chronique en 2015. A l’issue d’une OPA lancée au prix de 95 euros, l’actionnaire familial de Spadel n’a pas réussi à franchir le seuil de 95% suite à l’opposition d’actionnaires minoritaires. Cinq ans plus tard, l’action est toujours cotée et se traite à 178 euros après avoir touché un plus haut à 220 euros en 2018.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés