interview

Walter Ji, CEO de Huawei Europe: "Pourquoi perdre notre temps à lutter pour être présents aux Etats-Unis?"

©Tim Dirven

Interview | Walter Ji, CEO de Huawei Europe "Pourquoi perdre notre temps à lutter pour être présents aux Etats-Unis?"

D’habitude plus mesuré, le CEO européen de Huawei, le géant technologique chinois, s’est montré sous un nouveau visage plus offensif. Il faut croire que les attaques des Etats-Unis et leur impact commencent à avoir raison du flegme chinois. Toujours en pourparlers pour obtenir les contrats portant sur les infrastructures 5G de Proximus et Orange, Walter Ji s’est montré confiant dans l’issue des négociations lors d’un entretien exclusif accordé ce lundi lors d’un passage express en Belgique.

Les résultats 2019 de Huawei sont en croissance mais vous êtes en dessous des prévisions car vous n’avez pas réussi à atteindre vos objectifs de revenus. Les conséquences des sanctions américaines?

Nous avons dû faire face à des défis importants l’année passée. Malgré cela, nous avons une croissance globale de 18% en 2019 pour Huawei Group et de 29% pour la partie Consumer Business (smartphones). L’année dernière, il a été dit que le contexte global allait avoir un impact très fort sur nos activités, mais nous avons presque atteint nos objectifs.

Votre réponse aux différentes sanctions et au contexte de méfiance actuel, c’est d’investir massivement dans la recherche et le développement, avec 20 milliards de dollars en 2020. Vous ne voulez pas vous défendre et réagir frontalement?

"Nous sommes complètement transparents avec l'IBPT qui enquête sur nous."
Walter Ji
CEO de Huawei Europe

Les sanctions américaines ont un impact marginal sur notre business et sur notre stratégie. Nous nous concentrons sur nos produits et nos solutions, et nous sommes confiants dans le fait qu’au final, le marché fera le bon choix. Nous n’avons pas une grande présence sur le marché américain. Le marché mondial est tellement vaste, pourquoi devrions-nous perdre notre temps à lutter pour être présent sur le marché américain? Nous avons de bons résultats sur notre marché domestique en Chine et de bons résultats en Europe également, à la fois pour le marché des infrastructures et celui des produits pour les consommateurs. Nous essayons de renforcer nos liens avec nos partenaires dans les pays qui veulent bien travailler avec Huawei.

Le Royaume-Uni semble se diriger vers une limitation des parts de marché allouées à Huawei sur son territoire. Comment réagissez-vous à cette possibilité?

Nous attendons l’annonce officielle pour nous prononcer. Cela fait 15 ans que nous investissons et que nous sommes présents sur le marché anglais. Ce qui est sûr, c’est que nous avons construit des fondations très solides dans la plupart des pays européens au cours des vingt dernières années, notamment via nos investissements locaux et les innovations que nous avons fournies à nos partenaires locaux. Jusqu’ici, nous nous sommes pliés favorablement à toutes les régulations dans chaque pays européen. Il n’y a donc aucune raison pour le moment pour l’un de ces pays de ne pas travailler avec Huawei. Nos solutions 5G sont au moins un an en avance sur nos concurrents.

Quelle est l’influence des sanctions américaines sur le nombre de contrats que vous signez?

Depuis deux ans, le gouvernement américain essaie de convaincre les autres pays de ne pas travailler avec Huawei mais les pays et les opérateurs actifs sur place prennent eux-mêmes la décision finale. Celle-ci se base sur des faits qui sont uniquement liés à leurs objectifs business. Nous avons prouvé la compatibilité de nos règles en matière de sécurité et de vie privée et nous avons donc prouvé que nous étions le meilleur partenaire possible pour les opérateurs malgré cette énorme pression du pays le plus puissant du monde.

Cette pression doit aussi se ressentir dans les négociations en Belgique. Où en êtes-vous dans vos négociations avec Orange et Proximus pour le réseau 5G, avez-vous déjà signé ces contrats?

Les phrases clés

"Il faut se rendre compte que le pays le plus puissant du monde a déployé énormément de ressources pour salir Huawei sans aucune preuve."

"Il faut faire une distinction claire entre l’opinion publique, qui peut être influencée par les sanctions américaines, et l’opinion de nos partenaires locaux en Belgique,qui ont confiance en nous et notre technologie."

"Nous avons tellement investi dans les différents pays européens, il est impossible que nous soyons bannis d’Europe."

Si nous avions signé les contrats, tout le monde serait au courant, croyez-moi. Nous avons la confiance des opérateurs télécom belges car nous avons créé des liens de confiance avec eux depuis plus de 15 ans. Il est important de faire une distinction claire entre l’opinion publique, qui peut être influencée par les sanctions américaines, et l’opinion de nos partenaires locaux, qui ont confiance en nous et notre technologie. Les différentes pressions gouvernementales en Belgique et, il faut le dire, celles de certains politiciens qui utilisent la thématique de la 5G pour être sur le devant de la scène médiatique n’ont pas d’effet sur notre business en Belgique. Dans les salles de réunion, avec nos partenaires opérateurs télécom, la confiance est là. Si vous regardez ce qu’il s’est passé au cours des dernières années, il y a eu beaucoup de fausses informations, notamment de la part des Etats-Unis. Il faut se rendre compte que le pays le plus puissant du monde a déployé énormément de ressources pour salir Huawei sans aucune preuve, aucun fait tangible. Malgré ça, nous avons progressé de 18% sur le marché mondial.

Imaginons que l’Europe bannisse Huawei de son territoire…

C’est impossible, cela n’arrivera pas pour plusieurs raisons. Nous sommes présents ici et avons tellement investi dans les différents pays européens lors des 15 dernières années. Nous avons tissé des liens forts et posé des fondations solides avec nos partenaires technologiques locaux. Notre technologie est à la pointe et elle représente beaucoup de valeur commerciale aux yeux des opérateurs. Croyez-moi, cela n’arrivera pas.

Comprenez-vous les craintes que suscite Huawei en Belgique ou vous semblent-elles injustifiées?

Bien sûr, nous pouvons les comprendre. La transparence est clé dans notre relation avec les partenaires commerciaux et le gouvernement ici en Belgique. Nous sommes complètement transparents avec l’IBPT, qui enquête sur nous comme sur d’autres acteurs. Si vous n’avez rien à cacher, il n’y a aucune raison d’avoir peur. Pour vous donner une idée de notre niveau de transparence, nous sommes l’une des seules entreprises au monde à avoir avons donné accès à notre code source. Si vous comparez aux autres entreprises du secteur, nous sommes celle sur qui ont été menées le plus d’enquêtes.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés