La justice valide la PRJ d'Orchestra Prémaman

©Dries Luyten

Le tribunal de l’entreprise francophone de Bruxelles a octroyé un délai de six mois à Orchestra-Premaman pour redresser la situation. Les magasins de Molenbeek et de Nivelles vont fermer.

Sans véritable surprise, le tribunal de l’entreprise francophone de Bruxelles a rendu jugement mercredi matin accordant l’ouverture de la réorganisation judiciaire (PRJ) à Orchestra Prémaman pour un délai de six mois. Ce délai accordé par la justice devrait permettre aux responsables de la société de préparer un plan de relance pour sortir l’enseigne des difficultés. Lors de l’introduction de cette procédure de réorganisation, on avait appris que la chaîne – qui compte 45 magasins et emploie 422 personnes en Belgique – avait entrepris différentes mesures pour pérenniser l’activité, rétablir sa rentabilité, moderniser et redresser son image afin de coller à la réalité du marché.

Deux fermetures

232,2 millions €
La dette consolidée du groupe Orchestra-Prémaman à la fin du mois de février 2019.

Parmi les mesures déjà prises pour tenter de redresser la barre avant que la justice ne doive s’en mêler, Orchestra Prémaman avait annoncé son intention de fermer dans les deux années à venir cinq magasins jugés déficitaires. Il s’agissait de Turnhout, Diest, Wijnegem, Korbeek-Lo et Halle. Au cours des discussions qui ont eu lieu ces dernières semaines entre la direction de la chaîne et les syndicats, ces derniers ont appris que deux points de vente supplémentaires allaient également fermer leurs portes dans un avenir proche.

D’après nos informations, il s’agit des magasins de Molenbeek et de Nivelles. Mais, a confirmé Fabienne Meulemans, en charge du secteur commerce pour le SETCa, il y a des possibilités de reclassement pour les travailleurs de ces sites. Les ennuis d’Orchestra Premaman en Belgique ont commencé lorsque la maison-mère française a dû se placer en sauvegarde, rattrapée par ses dettes. Jusqu’à présent, la maison-mère soutenait financièrement la Belgique. À la fin du mois de février 2019, la dette consolidée du groupe s’élevait à 232,2 millions d’euros.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect