Les 3 Suisses Belgium sont en faillite, la marque est à reprendre

©BELGAIMAGE

La filiale belge du groupe français Domoti, qui avait repris Les 3 Suisses des mains du groupe allemand Otto en 2017, a déposé le bilan. Un début des soldes d’été catastrophique a eu raison des espoirs de relance du nouveau propriétaire.

Le 30 juin dernier, c’était l’ouverture des soldes d’été. Pour le groupe français Domoti, qui a racheté Les 3 Suisses en 2017, c’était aussi l’occasion d’un ultime test. Malheureusement pour l’aile belge de l’enseigne des 3 Suisses, celui-ci s’est avéré négatif: les ventes de la filiale durant les premiers jours des soldes ont chuté d’une trentaine de pour-cent par rapport à la même période de l’an dernier. Du coup, le repreneur a décidé d’arrêter les frais dans notre pays: la société 3 Suisses Belgium a été déclarée en faillite par le tribunal de commerce de Tournai le 10 juillet. Ce dernier a désigné maître Paul Debetencourt comme curateur.

Ventes en chute

"Le chiffre d’affaires de 3 Suisses Belgium était en diminution constante ces dernières années, dit une source proche de la société. L’ouverture des soldes a confirmé que le concept ne fonctionne plus."

Spécialisé dans l’e-commerce, Domoti avait repris l’an dernier 3 Suisses France et 3 Suisses Belgium avec un peu moins de soixante salariés, dont 18 en Belgique. À l’annonce de la faillite, la filiale belge comptait encore onze employés.

-30 %
Les ventes de 3 Suisses Belgium ont chuté de 30% à l’ouverture des soldes d’été.

Domoti avait succédé au groupe allemand Otto au capital de l’enseigne. Avant ce passage de témoin, l’ancien roi des vépécistes (vente par catalogue) du nord de la France était déjà passé par toutes les couleurs de l’arc-en-ciel: restructurations avec suppressions d’emplois et recentrages des activités. En 2015, Les 3 Suisses avaient perdu 60 millions d’euros sur un chiffre d’affaires de... 120 millions.

Le nouveau propriétaire avait entrepris de réduire fortement les charges des 3 Suisses, mais cela n’aura pas suffi pour relancer la mécanique. "Les 3 Suisses visaient deux clientèles, selon la même source: les clients historiques, adeptes du catalogue papier, et les jeunes, adeptes de l’internet. Maintenir les deux activités en parallèle a nécessité des frais importants." Dans le secteur des vêtements prêts à porter, le critère du prix a pris la prépondérance sur celui de la marque. "La fidélité à une enseigne s’est érodée", pointe également un observateur: un autre élément ayant contribué à la chute des 3 Suisses.

"Le chiffre d’affaires de 3 Suisses Belgium était en diminution constante ces dernières années, dit une source proche de la société. L’ouverture des soldes a confirmé que le concept ne fonctionne plus."

Les comptes annuels de la filiale belge renseignent 29 millions d’euros de ventes et prestations pour l’exercice 2016, bouclé sur une perte nette de 1,8 million. Les comptes de l’an dernier n’ont pas encore été publiés car son assemblée générale avait décidé, fin de l’an dernier, de prolonger son exercice jusqu’au 30 juin 2018.

Contrats en cours

Au siège de Domoti, à Marquette-lez-Lille dans le Nord, personne n’était disponible hier pour répondre à nos questions. Du côté des syndicats, personne n’était au courant de l’ouverture de la faillite. On ignore, enfin, ce qu’il en est de la situation chez 3 Suisses France.

"Les 3 Suisses visaient deux clientèles: les clients historiques, adeptes du catalogue papier, et les jeunes, adeptes de l’internet. Maintenir les deux activités en parallèle a nécessité des frais importants."

Cela dit, l’aventure n’est pas tout à fait terminée pour Les 3 Suisses Belgium. Une série de contrats de vente de produits est encore en cours d’exécution: des colis se baladent sur les routes, des retours de marchandises aussi, etc. Pour cette raison, une poursuite de l’activité est prévue durant quelque quatre mois, charge au curateur de négocier avec la maison mère un contrat de location-gérance couvrant la période.

Marque à vendre

Il reste aussi à voir ce qu’il adviendra de la marque 3 Suisses en Belgique. Celle-ci bénéficie toujours d’une grande notoriété. Même si l’argument commercial de la renommée ne pèse plus lourd aujourd’hui en regard de l’argument "prix", d’aucuns estiment qu’elle représente toujours un actif intéressant. Autrement dit, le curateur a entre autres pour mission d’essayer de trouver un repreneur pour la marque.

La faillite de 3 Suisses Belgium intervient trois mois après celle d’une autre entreprise belge issue du groupe vépéciste français. La société Taylormail, spécialisée dans le marketing direct et basée elle aussi à Orcq, près de Tournai, avait déposé le bilan à la mi-avril. Elle avait été rachetée trois ans plus tôt par le groupe français Prenant (Tourcoing). Comme quoi, succéder au groupe Otto dans ce secteur sous forte pression demeure un sacré défi…

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content