Longchamp à la barre pour défendre le "Pliage", son modèle star

©LONGCHAMP

Rien. La marque Longchamp ne laisse rien passer quand il est question de protéger son patrimoine. Et quand il est question de l’un des sacs emblématique, le "Pliage", Longchamp monte au front. Et à la barre du tribunal s’il le faut. La société Tassinon, qui vend des accessoires de mode sous la marque Olivia Lauren, vient d’en faire les frais. Longchamp, estimant que Tassinon mettait en vente un sac trop semblable au "Pliage" a introduit une action en cessation devant le tribunal de l’entreprise de Bruxelles, demandant au juge de prononcer une astreinte de 5.000 euros par sac litigieux distribué.

Longchamp, qui attaque pour contrefaçon, demande une astreinte de 5.000 euros.

Le sac en question ressemble à s’y méprendre à un modèle "Pliage" en plus grand et auquel on aurait rajouté des roulettes et une sorte de bras rétractable pour en faire une valisette de voyage. Pratique, mais pas du tout du goût de Longchamp qui n’a pas du tout apprécié le fait que Tassinon achète ce modèle en Chine pour l’écouler sur notre marché via le site www.olivialauren.be.

Du côté de Tassinon, on ne voit pas les choses de la même manière. La société, qui a retiré le sac litigieux de la vente, estime que l’action en cessation n’a plus lieu d’être. En outre, Tassinon explique que le modèle en question ne peut pas tomber sous le coup de la protection des droits d’auteur de Longchamp, le modèle incriminé ne reprenant pas les caractéristiques composant l’originalité du "Pliage".

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect