Quand le luxe dit NON à la fourrure

Gucci arrête d'utiliser de la fourrure animale pour ses collections. ©AFP

Gucci décide de bannir les fourrures de ses collections. Le géant du luxe montre l'exemple...

Gucci arrête la commercialisation de la fourrure.

 "Avec cette décision, le monde de la mode passe un cran au-dessus sur le plan éthique", commente Ann De Greef, directrice de Gaia.

Pourquoi? La pression est de plus en plus forte dans le milieu de la mode. De nombreuses vidéos ont révélé ces dernières années les conditions d'élevage épouvantables d'animaux élevés uniquement pour leur fourrure. Des images montrent aussi comment leur fourrure leur est arrachée. Ils sont élevés en cages puis gazés, électrocutés par voie anale, noyés, battus, ou encore mis à mort par d'autres moyens, dans le but d'en faire des manteaux, des cols ou autres accessoires, explique Gaia.

De nombreux animaux sont concernés par ces pratiques: renards, visons, chinchillas, ratons laveurs, castors...

→ Concrètement, Gucci va bannir les fourrures de ses nouvelles collections dès l'année prochaine et mettra aux enchères toutes celles restantes. La recette de ces ventes devrait être versée aux organisations de défense des droits des animaux Humane Society International (HSI) et LAV (Italie).

Marco Bizzarri, président du géant du luxe, précise: "Nous espérons que notre engagement pourra contribuer à d'autres innovations et prises de conscience, afin de rendre l'industrie de la mode plus éthique."

L'exemple donné par l'emblématique groupe de luxe est aussi symbolique puisque la fourrure est associée au luxe. Mais d'autres avaient déjà décidé de bannir la fourrure de leur collection.

Armani, autre marque du luxe italienne, avait déjà annoncé en 2016 qu'elle n'aurait plus de fourrures, sauf synthétique, dans ses collections.

Stella McCartney, appartenant au groupe Kering comme Gucci, a toujours banni l'usage des peaux animales et utilise des cuirs synthétiques.

Yoox Net-A-Porter a banni les accessoires et les vêtements en fourrure vendus sur sa plate-forme.

Et pour rappel, en 2015, la chanteuse Jane Birkin a demandé à Hermès de débaptiser l'emblématique sac qui porte son nom pour protester contre les pratiques d'abattage dans une ferme de crocodiles dénoncées par une association.

Un vrai virage? Les défenseurs des animaux l'espèrent:

"La mode devenant plus éthique, tout ce qui touche à un approvisionnement animal appartiendra au passé" (Simone Pavesi, directrice de l'association italienne LAV)

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content