Be.hemp inaugure la première usine belge de transformation de chanvre

Un peu plus d’un an après le lancement du projet, les fondateurs de la société Be.hemp inaugurent l’usine qui va isoler la fibre du chanvre pour une multitude de débouchés.

La première usine de transformation de chanvre belge sera inaugurée officiellement ce vendredi à Marloie, près de Marche-en-Famenne. Cela dit, ses grands débuts, l’unité de production construite par Be.hemp les fera réellement dans un mois, quand les derniers réglages auront été effectués.

Cette usine de défibrage mécanique, qui séparera la fibre proprement dite de la chènevotte, la partie ligneuse du chanvre, produira 1.500 tonnes de fibre et 2.500 tonnes de chènevotte par an au départ de 5.000 tonnes de paille. Elle sera exploitée par six personnes au service de Be.hemp, une société anonyme qui a vu le jour l’an dernier grâce aux travaux préparatoires de Belchanvre, la coopérative qui a relancé la culture du chanvre en Wallonie. Ce développement représente un budget de deux millions d’euros, financés par Be.hemp avec l’aide de Namurinvest et d’Idelux, le tout complété de prêts subordonnés et d’une aide de la Région.

2 millions €
La fabrication de l’usine de Marloie a coûté quelque 2 millions d’euros, financés en partie sur fonds propres.

Les pères du projet devront simultanément relever deux gros défis, du côté agricole et du côté des valorisations. "Nous avons encore des stocks de chanvre importants pour l’instant, mais il faut absolument que les agriculteurs partenaires en produisent plus l’an prochain, souligne Jean-Noël Degeye, qui pilote l’ensemble du projet. Ils ont planté 450 hectares l’an passé, il faudrait qu’ils montent rapidement à 800 hectares." Quelque 80 agriculteurs sont membres de Belchanvre et en plantent; une trentaine d’autres en ont déjà planté. "Idéalement, il faudrait 130 à 150 agriculteurs", dit Degeye.

Nombreux débouchés

La commercialisation constitue l’autre défi: "Il faut qu’on ait de la matière à présenter aux industriels pour pouvoir rédiger les cahiers de charge." Les possibilités de valorisation de la fibre sont nombreuses, elles vont de la construction au secteur textile en passant par la corderie, la filature, la plasturgie… Belchanvre a déjà lancé la commercialisation d’un enduit chaux-chanvre et de panneaux d’isolation dans le secteur de la construction.

©AFP

Dans le secteur textile, des tests sont en cours. Le produit peut être "cotonisé" moyennant une deuxième transformation, il peut aussi être peigné, cardé et torsadé pour finir en fil, corde ou fil fin. Une expérience menée avec une artisane a démontré qu’il pouvait entrer dans la composition d’un produit mixte coton/chanvre susceptible d’être utilisé en tapisserie. Un composite chanvre-polypropylène pourrait fournir le capitonnage des portières de voitures. Quant à la chènevotte, elle est déjà utilisée pour produire de la litière animale. Il reste à nouer les bons partenariats commerciaux dans les bons débouchés.

"C’est le bon moment pour un tel projet, commente Degeye. Les plantations céréalières connaissent une mauvaise année. Du coup, le chanvre intéresse beaucoup de monde." Comme culture de diversification.

À terme, l’usine pourrait élargir sa palette de production en intégrant aussi les graines de chanvre. Be.hemp envisage de construire un bâtiment supplémentaire, qui lui serait dédié. Applications possibles dans la nutrition (huile, tisanes… à destination du public bio) et les cosmétiques, notamment. "On pourrait monter une usine qui ferait le nettoyage, le triage et le calibrage de grains 100% bio, et les transformer pour produire de l’huile (presse), des hamburgers végétariens…" Ce ne sont pas les idées qui manquent pour exploiter cette plante nettoyante (elle stocke beaucoup de CO2), qui consomme peu d’azote (moitié moins que le blé) et dont on contrôle parfaitement les variétés non psychotropes.

Un premier salon du chanvre wallon

Ce week-end se tiendra à Marloie, sur le site de la nouvelle usine de BE.hemp, un premier Salon du chanvre wallon. Organisé par l’ASBL Chanvre wallon, il aura pour objectif de familiariser les industriels et le grand public avec les multiples applications qu’offre la plante. Il y aura une vingtaine d’exposants, des conférences et des ateliers. Le samedi après-midi, l’accent sera mis sur l’écoconstruction.

Le dimanche, les particuliers pourront découvrir, en ateliers, diverses applications nutritionnelles (culinaires), cosmétiquestextiles et thérapeutiques du chanvre.

Adresse du jour:

Rue du Point du Jour à Marloie (6900).

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n