Cameleon et Snapstore dans de sales draps

Une vente privée de Cameleon. ©dominic verhulst

Famous Clothes, société qui abrite Cameleon et Snapstore, n'a pu gérer le succès de ses ventes en ligne. Elle a dû demander la protection contre ses créanciers et doit rendre un plan de redressement.

Famous Clothes a obtenu du tribunal du commerce d'être protégé de ses créanciers jusqu'au 10 décembre prochain. Famous Clothes, c'est cette société spécialiste des ventes privées qu'on connaît surtout par ses enseignes Cameleon et Snapstore. Alors qu'elle avait connu une expansion rapide et qu'il y a un an, elle avait vu le fonds E-Capital entrer dans son capital, avec une participation de 5,3 millions, la voilà qui est victime d'une expansion trop rapide.

• Les problèmes

En 2013, les ventes de Famous Clothes avaient bien progressé, passant de 42 à 53 millions d'euros. Mais le résultat consistait en une perte de 3,3 millions d'euros.

La dette a grimpé à 24,5 millions, selon Graydon, et il s'agit en grande partie de crédit à court terme.

La dette due aux fournisseurs se monte à 10,5 millions. Selon le magazine spécialisé RetailDetail, sont concernés Bestsellers (Jack&Jones), Geox et Logisport.

Du côté des banques, les plus gros créanciers sont ING et CBC Banque. Autres créanciers: le fisc et l'ONSS.

Les activités du groupe se sont multipliées ces dernières années, plutôt avec succès. En 2010, il était même nominé "Entreprise de l'année".

Famous Clothes exploite l'enseigne Cameleon et ses points de vente situés à Woluwe-Saint-Lambert, Ixelles (désormais fermé) et Genval. Mais aussi Snapstore.be, version internet de Cameleon, ainsi que ShopVIP.com, son pendant néerlandais. Le concept: des prix cassés sur des vêtements et objets décoratifs lors de  ventes privées événementielles. En 2012, Famous Clothes avait aussi lancé Famousbox.be, un site de vente en ligne plus classique. Qui n'est plus actif aujourd'hui...

La forte croissance des ventes générées par ces webshops est devenue difficile à gérer pour Famous Clothes, qui doit rendre un plan de redressement pour la fin novembre.

A savoir

Famous Clothes est principalement détenu par son management, et donc aussi par E-Capital. La SRIB détient aussi quelques parts.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés