Cassis cible le marché allemand

©Lieven Van Assche

La société belge d’habillement Cassis & Paprika pour femmes va investir 18 millions d’euros en trois ans pour développer ses activités à l’étranger qui comptent aujourd’hui pour un quart de ses revenus.

Avec déjà 134 points de vente, dont 105 en Belgique et le reste aux Pays-Bas (12), en France (10) et au Grand Duché, le groupe aux deux enseignes de vêtements et accessoires pour dames, Cassis et Paprika (cette dernière dédicacée aux grandes tailles), engage un programme d’investissement de 18 millions d’euros d’ici 2018.

Cette enseigne de textile belge fondée par Jacques Hayez et dont les autres actionnaires sont Mitiska, Sofindev et le management, occupe aujourd’hui quelque 700 personnes pour un chiffre de ventes avoisinant l’an dernier les 100 millions d’euros.

18 m€
L’investissement est soutenu par des prêts de la SRIW et de Nivelinvest, sans oublier les actionnaires, les banques et les ressources propres.

Le programme d’investissement est soutenu par des prêts de la SRIW (5 millions), de Nivelinvest (2 millions) et appuyé par les actionnaires, les banques partenaires, sans oublier des ressources directement générées par l’activité.

"Le programme que nous lançons a trois objectifs: faire croître, essentiellement à l’étranger, le parc de nos magasins, doper notre plate-forme d’e-commerce et enfin renouveler le look de nos points de vente", détaille Vincent Rousseau, CEO.

©Lieven Van Assche

Très concrètement, la chaîne textile 100% belge ambitionne d’ouvrir, dès 2016, une vingtaine de nouveaux points de vente par an "surtout à l’étranger, en France et bientôt en Allemagne, dernier pays que nous attaquerons aussi via l’e-commerce", poursuit Vincent Rousseau. Aujourd’hui, 26% du chiffre d’affaires des deux enseignes est réalisé à l’international.

E-commerce et nouvelles coques

Cassis & Paprika, qui gère en propre sa plate-forme logistique à Wauthier-Braine, entend faire croître son e-commerce, celui-ci, lancé en 2012, ayant assuré 5% des ventes l’an dernier. "Même si ce canal de vente est d’ores et déjà rentable aujourd’hui, notre objectif est de monter les ventes via internet à près de 20% d’ici 2018."

L’objectif est de monter les ventes via internet à près de 20% d’ici 2018. © Lieven Van Assche

Enfin, la marque va redessiner le look des magasins affichant ces deux enseignes. L’implantation de ces nouvelles coques vient de démarrer pour Paprika alors que la réflexion sur la nouvelle allure des magasins Cassis est en cours.

Notons enfin que les sources d’approvisionnement des deux enseignes, soit près de 200 ateliers référencés pour le textile et les accessoires, "sont à 90% localisées en Europe ou au Maghreb, ce qui certes pèse sur nos coûts mais nous donne, vu la proximité, une grande réactivité dans l’adaptation et le renouvellement de nos collections", conclut Vincent Rousseau.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect