portrait

Faillite de Brooks Brothers: qui habillera les présidents?

Propriétaire de Brooks Brothers depuis 19 ans, Claudio Del Vecchio entend revendre la marque américaine, déclarée en faillite mercredi.

Brooks Brothers est déclaré en faillite. Que les présidents soient rassurés, ils pourront continuer à trouver chemises, costumes et chaussures à leurs pieds. En effet, la marque continuera d'exister: elle attend seulement un nouveau propriétaire. Cette institution américaine a, depuis sa création en 1818, habillé la plupart des présidents américains. Brooks Brothers aura survécu à deux guerres mondiales, mais c’était sans compter la pandémie mondiale, qui donne le coup de grâce à la marque.

Une énergie à toute épreuve

L’homme d’affaire italien a pourtant mis toute son énergie pour faire vivre la marque, alors que les bons augures n’étaient pas présents lorsqu'il rachète Brooks Brothers aux mains de Marks and Spencer en 2001. Les attentats du World Trade Center ébranlaient alors le monde entier... "La première chose que j’ai faite a été de rénover le magasin de Brooks qui se trouvait juste devant les Twin Towers. Devant l’urgence de la situation, il était devenu une morgue", raconte Del Vecchio. Le magasin rouvre le 11 septembre 2002: une date symbolique pour le nouveau propriétaire de la marque pour qui c'est alors "une façon de montrer que les assaillants n’avaient pas gagné."

Le profil

1956: naissance en Italie. Son père, Leonardo Del Vecchio, est le fondateur du géant des lunettes Luxottica

1982: il arrive aux États-Unis pour y diriger les opérations de Luxottica

1995: acquisition par Luxottica de Lenscrafters, le plus grand détaillant d’optique des États-Unis et des magasins Casual Corner Group

1997: il devient propriétaire de Casual Corner Group. L’entreprise est rebaptisée Retail Brand Alliance

2001: il devient propriétaire et CEO de Brooks Brothers

2007: il crée la "Golden Fleece Foundation" de Brooks Brothers, une fondation en soutien aux organismes caritatifs

2012: il est honoré du titre de Docteur en administration des affaires par l’université de Bryant

Une marque de prestige

"Notre priorité", a déclaré l'homme d'affaire mercredi dans une déclaration, "est de commencer ce chapitre important avec un nouveau propriétaire qui apprécie l’héritage de Brooks Brothers."

L'homme d'affaire italien a à coeur de préserver l'esprit de Brooks Brothers, qui bénéficie d'une aura internationale. Le président français Jacques Chirac était un grand amateur de ses chemises et costumes et son successeur Nicolas Sarkozy porte, sur la photo officielle prise à l'Elysée en 2007, un costume à rayures de la célèbre marque.

Essayer, c'est adopter

De Kennedy à Chirac en passant par Lincoln, la liste des clients à vie de Brooks Brothers est longue. Seulement 5 présidents américains élus depuis de sa création n’ont jamais porté les costumes de la célèbre marque.

La flanelle grise n'est plus à la mode ?

Claudio Del Vecchio choisi de ramener Brooks Brothers à ses origines plus courtisées, tout en s'adaptant aux nouvelles tendances. L’instauration du Casual Friday dans certaines entreprises frappe en effet de plein fouet le secteur du prêt-à-porter. Les salariés peuvent ainsi s’habiller de façon plus décontractée pour le dernier jour de la semaine. Mais ça fait une chemise de moins dans le dressing.

Cravate de travers

Andy Warhol était fidèle à la marque et avait plaisir à détourner les codes du port du costume. En témoigne une cravate toujours de travers, un blazer bleu marine usé et des chaussures... rarement nouées.

Tout en gardant son côté formel, symbole même de la marque, Brooks Brothers essaye de courtiser les jeunes clients en leur proposant des lignes à bas prix et plus d’option de personnalisation. La faillite de l'entreprise montre que les codes vestimentaires changent et elle souligne de profonds changements générationnels dans la mode.

La goutte de trop

Avant la crise, la vente de l’entreprise était déjà à l’agenda, dans le cadre d’un examen stratégique. Le confinement et la fermeture des boutiques pendant plusieurs semaines n’a pas aidé la marque à se remettre sur pied. La pandémie a poussé la marque à fermer 51 magasins aux États-Unis. Elle compte désormais 500 boutiques dans le monde, dont 200 en Amérique du Nord. Le Wall Street Journal précise que l'entreprise, qui fabrique ses vêtements aux États-Unis, "prévoit d'arrêter la fabrication dans ses trois usines américaines le 15 août".

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés