L'enquête sur FNG s'étend à un possible blanchiment d'argent

Les enquêteurs se penchent désormais sur les transactions de la plateforme d'achats Fashion Buying Platform Holding de FNG.

La Justice étend son enquête sur FNG, le groupe de mode en faillite. Elle s'interroge désormais sur une possible opération de blanchiment d'argent.

Le juge d'instruction de Malines Theo Byl, en charge du dossier FNG, étend son enquête. Il avance désormais aussi certains indices selon lesquels le groupe aurait mis en place des constructions permettant de canaliser et de blanchir l'argent.

L'enquête pénale prend donc une nouvelle dimension en plus du volet manipulation de marché et contrefaçon des comptes annuels, confirme le porte-parole du parquet d'Anvers.

On apprend aussi que des perquisitions ont été menées au cabinet d'avocats défendant FNG, NautaDutilh. Une avocate, Elke Janssens, a été inculpée.

94 millions
d'euros
La perte de 94 millions due à des "transactions complexes et internationales" de la plateforme d'achats a contribué à la chute du groupe de mode malinois .

Une plateforme d'achats qui pose question

Les enquêteurs veulent comprendre notamment comment fonctionnait la plateforme d'achats Fashion Buying Platform Holding. Via cette plateforme, FNG achetait des vêtements à prix bas dans les pays asiatiques. Néanmoins, la justice se pose des questions sur les structures en Suisse et à Hong Kong, et certaines de leurs transactions.

Le juge d'instruction s'interroge, par exemple, sur la perte de 94 millions d'euros de ce réseau d'achat. Cette perte due à des "transactions complexes et internationales" a contribué à la chute du groupe de mode malinois qui regroupait les marques comme Brantano, CKS ou encore Claudia Sträter.

Rappelons que, vendredi, l'ancien dirigeant et fondateur, Dieter Penninckx a été placé en détention.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés