portrait

La famille De Clerck, quand Wielsbeke devient Dallas

La famille De Clerck (Beaulieu) est connue pour ses scandales dont un volet vient de se clôturer sur un accord permettant à l'Etat de récupérer 70 millions.

C'est l'histoire d'une des familles les plus riches de Belgique. C'est l'histoire de scandales à répétition, dont un nouvel épisode vient de se jouer. C'est l'histoire de la famille De Clerck, des industries Beaulieu.

Le livre familial s'ouvre avec Roger De Clerck. "Boer De Clerck", comme on le nommait, avait 15 ans quand il quitte l'école. La Seconde guerre mondiale est finie et il reprend la ferme familiale et ses cultures de lin. Mais en l'espace de peu de temps, le lin ne fait plus recette. Roger trouve alors une autre voie: les tissus d'ameublement et pour sièges de voitures.

Il a 35 ans quand sa filature Ter Lembeek à Wielsbeke (Flandre-Occidentale) sort le premier tapis sous la marque Beaulieu. Nous sommes en 1962.

Le Dallas des Flandres

Mais l'histoire commence véritablement en 1951. Roger épouse Anna-Marie Hanssens. De cette union naîtra 6 enfants: Jan, Luc, Mieke, Francis, Dominiek et Ann.

Très vite, Wielsbeke se mue en "Dallas des Flandres" avec Roger dans le rôle de JR.

Très vite, Wielsbeke se mue en "Dallas des Flandres" avec Roger dans le rôle de JR. Dans une interview, accordée début des années 90, son bras-droit déclarait:  "On nous accuse de ne pas être d'ardents supporters du fisc? Citez-moi un seul Belge qui le soit!"
À l'époque, on soupçonne Roger d'avoir reçu un cadeau de près de 1 milliard de FB de la part de l'Etat grâce à du copinage. Le groupe sera condamné à rembourser 999 millions (près de 25 millions d'euros). 

Le kidnapping

Petit à petit, les enfants montent à bord. La "guerre fratricide" éclate lorsqu'à la fin des années 80 vient le temps de la succession. En 1991, l'empire est partagé: Jan prend le contrôle de DOMO. Berry Group revient à Luc. Mieke prend la direction de Beaulieu USA, alors que Dominiek dirige Beaulieu Ter Lembeek et Ann Beaulieu Kruishoutem. Enfin, Ideal Group revient à Francis.

Un an plus tard, c'est dans la chronique judiciaire que la famille apparaît. Le petit-fils de Roger (le fils de Jan), Anthony (11 ans) est kidnappé. Il sera rendu contre une rançon de près de 7 millions d'euros.

Dans l'oeil du cyclone

Néanmoins, c'est surtout dans l'oeil du fisc que les De Clerck évoluent. Il y a eu le remboursement à l'État. Et en 1991, Jan et Dominiek passent quelques jours dans une prison britannique pour évasion fiscale. Un procès sera évité grâce à un versement de près de 6 millions d'euros aux douanes anglaises.

En 2005, l'enquête sur des fraudes évaluées à 400 millions d'euros se clôture après 15 ans, soit le plus gros dossier de fraudes et détournements traité par la justice belge.  Pour Jan et son épouse, ce dossier passera par la case prison.

Ce mercredi, fut l'épilogue d'un autre dossier. La famille a conclu un accord transactionnel, qualifié de record, qui permettra à l'État de récupérer 70 millions d'euros. À l'origine, un différend familial: Ann et son mari, Francis et son épouse, ainsi que Luc et son épouse se sont répartis en 2009 un paquet d’actions pour moins de 12 millions d’euros alors qu’elles valaient 193 millions. Tous risquaient jusqu'à 5 ans de prison. Privés de ces actions, Jan et Dominiek avaient exigé leur part. C'est donc la justice qui a tranché.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés