La marque Paprika à l'assaut de l'Allemagne

©Kristof Vadino

Après les Pays-Bas et la France, le groupe belge de prêt-à-porter féminin attaque le marché allemand avec Kaufhof et Otto.

Après avoir mis le pied au Grand-Duché, en France et aux Pays-Bas, le groupe de prêt-à-porter féminin belge Cassis Paprika a fait ses premiers pas ces derniers mois sur le marché allemand. Comme il l’avait annoncé à l’été 2015, en laissant voir un coin du voile sur son plan de développement stratégique à l’étranger, il a entamé sa conquête du vaste marché d’outre-Rhin en nouant des partenariats pour ouvrir des points de vente dans de grands ensembles commerciaux. Il a ainsi inauguré une trentaine d’espaces de vente, notamment dans des "corners" de Galeria Inno (groupe Kaufhof). Il a complété son offensive sur ce marché en y effectuant également une percée dans le commerce électronique.

"Nous avons conclu un partenariat dans l’e-commerce avec le groupe allemand Otto, explique son CEO Vincent Rousseau. Et nous venons par ailleurs d’entamer une collaboration avec Amazon." Deux noms jouissant d’une renommée incomparable, puisque si l’on ne présente plus le géant américain Amazon, on rappellera que le groupe Otto se présente comme le numéro deux de l’e-commerce en Europe avec un chiffre d’affaires de plus de 7,5 milliards d’euros, réalisés aux deux tiers dans son pays d’origine.

"Nous continuons d’ouvrir des magasins à l’interna-tional."
vincent Rousseau
CEO

Relais de croissance

À l’étranger, le groupe belge "pousse" surtout sa marque Paprika, dédiée aux grandes tailles, alors que sur son marché domestique, il a toujours promu de front ses deux enseignes, Cassis (tailles 36 à 42/44) et Paprika. Sa direction estime qu’avec un réseau comptant une centaine de magasins, le marché belge est aujourd’hui bien desservi. Elle va dès lors chercher ses relais de croissance à l’étranger, sur les marchés voisins.

"Nous continuons d’ouvrir des magasins à l’international, poursuit Vincent Rousseau. Nous totalisons aujourd’hui vingt magasins aux Pays-Bas; nous y ouvrirons un 21e dans un mois, puis cinq à dix magasins supplémentaires à terme. En France, nous comptons une vingtaine de magasins et il nous reste beaucoup de marge pour notre déploiement futur. Quant à l’Allemagne, c’est un marché encore plus vaste que la France…"

Vincent Rousseau, CEO ©Lieven Van Assche

L’Allemagne et la France constituent donc ses deux pôles de développement futur prioritaires, alors que le marché néerlandais aura bientôt la dimension idoine.

Si l’on additionne ses points de vente dans les cinq pays, le groupe établi à Wauthier-Braine et créé en 2002 par Jacques Hayez (photo ci-contre) exploite désormais plus de 140 magasins propres, sans compter les espaces partagés comme en Allemagne. Et il emploie quelque 800 personnes, dont les deux tiers environ dans notre pays. Une "machine" qui commence à compter et à peser dans le paysage socio-économique local.

Cohérence

Parallèlement à la rédaction des plans d’expansion hors de nos frontières, le groupe repense également ses structures.

C’est ainsi qu’en Belgique, il procède actuellement à une réorganisation interne (lire ci-contre), à l’issue de laquelle ses magasins seront répartis en trois familles: les enseignes de marque Cassis, les enseignes de marque Paprika, et les points de vente mixtes combinant les deux offres, qui seront désormais exploités par une nouvelle filiale spécifique baptisée CP Retail.

Sur la centaine de magasins concernés, une cinquantaine sont mixtes et aboutiront donc dans le portefeuille de cette dernière. Si sur le terrain, cette refonte n’entraînera pas de changements importants, l’ensemble du groupe devrait y gagner en cohérence et en transparence.

refonte | Trois filiales opérationnelles

Le groupe de prêt à porter Cassis Paprika vient de modifier sa structure. Objectif: accroître sa lisibilité interne et simplifier ses opérations de facturation. Jusqu’à présent, le holding opérationnel MG Finances, qui était lui-même contrôlé par le holding faîtier Misohama, exploitait pour l’essentiel deux filiales en Belgique, Paprika SA et Cassis SA. Restait un problème pratique: où placer, dans la structure, les magasins mixtes proposant les deux marques? C’est pour résoudre cette question que le groupe a mis sur pied une troisième entité opérationnelle dans son marché domestique. La nouvelle filiale, baptisée CP Retail, gérera dorénavant les cinquante magasins mixtes, aux côtés de Paprika SA (enseignes Paprika) et Cassis SA (enseignes Cassis). Dans le même temps, une série d’activités de support, telles que la gestion des ressources humaines ou les finances, se voient relogées dans MG Finances.

Exposée en ces termes, la refonte paraît évidente; dans la réalité, elle est un peu plus compliquée car pour des raisons techniques, la nouvelle société fondée devant notaire s’appelait initialement CA2 Retail et a été utilisée pour accueillir l’activité "Cassis", tandis que l’ancienne "Cassis SA" a été reformatée pour héberger les shops mixtes et rebaptisée CP Retail…

Ces modifications n’auront aucun impact sur l’activité, souligne le CEO Vincent Rousseau. "Ni en termes de nombre de magasins, ni en termes d’emplois", insiste-t-il. Ni au niveau de l’actionnariat, qui reste en l’état avec, dans les rôles principaux, le fondateur, Mitiska, Sofindev et le management. Au final, les seuls qui devront procéder à quelques changements administrativo-techniques sont les fournisseurs, mais ceux-là devraient en définitive plutôt faciliter la vie à ceux-ci. Et ils ont été dûment avertis de la refonte du périmètre, précise encore la direction.

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n