Les actionnaires d'Ontex rejettent la pilule empoisonnée

©BELGA

Le plus grand fournisseur au monde de produits d'hygiène personnelle a tenté de mettre à l'agenda de son assemblée générale extraordinaire une disposition particulière pour se protéger en cas d'OPA hostile. Les actionnaires d'Ontex n'ont pas suivi.

La pilule empoisonnée est l'arme ultime d'une entreprise contre une OPA hostile. Elle permet aux entreprises confrontées à ce cas de figure d'éventuellement émettre des actions préférentielles. Dans le cas où le chasseur dispose déjà d'une participation importante dans la société visée, ce type d'opération a pour but de diluer cette participation, pour au final espérer décourager ce chasseur. Une autre option est d'émettre des actions préférentielles pour certains actionnaires afin qu'ils votent contre l'OPA avec ces nouvelles actions. 

Pour mettre en place un tel mécanisme, l'entreprise doit obtenir le consentement de ses actionnaires. Les points inscrits à l'ordre du jour doivent être approuvés par au moins 75% des voix.

Albert frère

Ontex voulait profiter de son Assemblée générale extraordinaire de ce mercredi pour obtenir la permission de mettre en place une telle construction. Mais le spécialiste des produits d'hygiène jetables n'y est pas parvenu. 'Vu les intentions de vote, nous savions que ces points ne passeraient pas. Nous les avons donc retirés de l'agenda', explique un administrateur d'Ontex.

Mais ce n'est toutefois pas une catastrophe pour Ontex, car le groupe compte dans son actionnariat le holding GBL. Ce dernier détient près de 20% d'Ontex et pourrait utiliser, le cas échéant, tout son poids pour bloquer une éventuelle OPA hostile.

Un traitement peu recommandé

De manière plus large, le mécanisme de 'pilule de poison' bute depuis longtemps sur l'opposition des actionnaires. Les investisseurs institutionnels n'en sont pas des fervents supporters. Ils trouvent que le remède ne sert pas l'intérêt général des actionnaires. Encouragés par les agences de conseils, les porteurs de titres Proximus, Nyrstar, bpost et Galapagos ont aussi rejeté ce mode de défense l'an dernier. Galapagos a remis le couvert cette année, avec succès. 

Pour le reste, chez Ontex, l'assemblée générale s'est déroulée sans heurts. Sans poser la moindre question, les actionnaires ont approuvé la distribution d'un dividende brut de 0,55 euro par action pour l'année 2016. Il sera payé le 2 juin. La réunion des actionnaires a également approuvé la nomination de deux nouveaux membres au Conseil d'administration: Regi Aalstad et Michael Bredael.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés