Les résultats de FNG (Brantano) s'écrivent en rouge vif

©Wouter Van Vooren

Le groupe de mode FNG termine donc l'année 2019 sur une perte nette approchant les 300 millions d'euros alors que sa dette à long terme s'élève à 735 millions d'euros. Le groupe va désormais procéder à l'analyse "en profondeur" de ses activités pour leur assurer un avenir.

 

Attendus depuis deux mois, les résultats 2019 de FNG ont été publiés ce jeudi matin. Des résultats certes toujours provisoires et non audités.

La maison-mère de Brantano, CKS, Miss Etam... fait ainsi état d'un chiffre d'affaires annuel en hausse de 3,7% à 489,3 millions d'euros. L'Ebitda ajusté plonge dans le rouge de 6,6 millions contre +48,5 millions un an auparavant. Le groupe a enfin transformé son bénéfice 2018 en une perte nette de 292,1 millions d'euros. 

-292,1 millions
euros
FNG a transformé son bénéfice 2018 en une perte nette de 292,1 millions d'euros.

La direction de FNG souligne qu'en 2019, un montant total de 199,1 millions a été comptabilisé en dépréciations d'actifs immobilisés et en coûts liés aux changements dans la structure de l’entreprise. Rappelons qu'en 2019, FNG a fait son entrée sur le marché suédois en rachetant Ellos.

Un groupe "digital first"

"Les risques pris, combinés à la crise actuelle de Covid-19, ont conduit à une situation financière difficile pour le groupe", reconnaît l'entreprise dans un communiqué. FNG travaille désormais à la réduction de son endettement. Sa dette à long terme s'élève à 735 millions d'euros. Au total, les dettes (long et court terme) frôlent le milliard d'euros. Les banques détiennent 245 millions, les détenteurs d'obligations, 232 millions. Une analyse "approfondie des activités" est également au programme afin d'assurer un avenir à l'entreprise.

"Les risques pris, combinés à la crise actuelle de COVID-19, ont conduit à une situation financière difficile pour le groupe."
FNG

Le plan de relance, qui a vu l'arrivée aux commandes d'un manager de crise en la personne de Yves Pollé, passera aussi par une restructuration des canaux d'achat, la poursuite de la numérisation des activités vers une stratégie "digital first".

Depuis le début de la crise Covid-19, FNG qui a été forcé de fermer ses magasins en Belgique, a pris des mesures de maîtrise de coûts. Le personnel a été mis en chômage temporaire et des négociations ont été entamées avec les fournisseurs pour un report des charges locatives et autres. 

Action toujours suspendue

À la mi-mai l'action du groupe a aussi été suspendue. La FSMA a soulevé plusieurs questions sur diverses transactions opérées en 2018. FNG reconnait que ces questions ont conduit à une évaluation approfondie des structures de gouvernance du groupe. "En collaboration avec le nouveau CEO, Yves Pollé, nous travaillons à des lignes de reporting et de décisions claires." Le groupe affirme vouloir renforcer ses procédures d'audit et de risque et revoir sa communication vers le marché.

La publication du rapport annuel et la tenue de l'assemblée générale sont, elles, toujours reportées, compte tenu des difficultés pratiques liées au Covid-19.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés