Un manager de crise désormais à la barre de FNG (Brantano)

Les trois actionnaires majoritaires de FNG (de gauche à droite: Dieter Pennincks, Anja Maes et Manu Bracke) reçoivent un manager pour redresser la barre.

Il y a un mois, Dieter Penninckx se retirait de la direction de FNG pour des raisons de santé. Manu Bracke, co-fondateur et actionnaire majoritaire, devenait CEO sans que l'on parle d'intérim. Aujourd'hui, FNG change encore de patron et confie la barre à Yves Pollé.

Un mois seulement après avoir pris la relève de Dieter Penninckx, Manu Bracke jette l'éponge et quitte la direction générale du groupe textile FNG (Brantano, CKS, Miss Etam, Fred & Ginger...). Le groupe, dont les résultats 2019 sont attendus mercredi, se dote donc d'un nouveau CEO en la personne d'Yves Pollé.

Manu Bracke, qui, avec sa femme Anja Maes et Dieter Penninckx, fait partie des actionnaires majoritaires de FNG, reste toutefois au poste de directeur opérationnel.

Gérer la crise

Yves Pollé n'a pas de lien avec les actionnaires fondateurs et n'a aucune expérience dans le secteur de l'habillement. Il a été choisi par le conseil d'administration comme manager de crise. Ce consultant indépendant a déjà été désigné à trois reprises comme CEO intérimaire d'entreprises étant à couteaux tirés avec des fonds d'investissements ou en proie à une profonde restructuration.

4,4 millions
d'euros
La suspension du versement des intérêts portait seulement sur un montant de 4,4 millions d'euros.

C'est aussi la tâche qui l'attend chez FNG. L'endettement de la société est très important après des années d'acquisitions tant en Belgique, qu'aux Pays-Bas et en Scandinavie. Il serait désormais question d'une dette de 540 millions (dont 290 millions sont dus aux banques) pour un chiffre d'affaires que 780 millions d'euros.

FNG aurait voulu apurer sa dette via ses bénéfices, mais la société a été touchée de plein fouet par la crise du coronavirus qui a forcé la fermeture de ses magasins, du moins en Belgique.

Suspension des versements

Fin mai, la société obtenait toutefois, de la part de ses détenteurs obligataires, la permission de suspendre le versement des intérêts de cinq emprunts obligataires pour un montant total de 75 millions d'euros. Elle affirmait alors avoir un répit de sept mois. Mais, il s'est avéré que cette suspension des intérêts portait seulement sur un montant de 4,4 millions d'euros.  

En attendant, les résultats annuels 2019 sont attendus ce mercredi alors que le rapport annuel devrait être publié le 9 juillet au plus tard, indique-t-on chez FNG.

Les questions de la FSMA

Outre la pression financière, FNG a aussi eu, ces dernières semaines, la pression de l'autorité de régulation. La FSMA a ainsi temporairement suspendu le cours de l'action. Elle sollicitait certaines réponses quant à des transactions survenues en 2018. "Nous donnerons mercredi une mise à jour sur ce dossier", indique un porte-parole de FNG. À ce jour le cours de l'action est toujours suspendu.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés