Une année 2018 en net recul pour Van de Velde

©Reporters

L'année 2018 avait déjà été synonyme pour le groupe de lingerie de Schellebelle d'une chute de son action à son niveau le plus bas en 10 ans. Elle sera aussi marquée par des résultats en recul influencés tant par des taux de change, que par les coûts d'amélioration de l'infrastructure.

Premier grand oral pour la nouvelle dirigeante de Van de Velde, Marleen Vaesen. Administratrice du groupe de lingerie depuis 2012, elle en a pris les commandes début de cette année. Pour l'avenir, la voie tracée est celle de "la consolidation de la croissance". Le groupe Van de Velde mise sur des partenariats avec des détaillants et des marques. "Nous sommes convaincus que cette orientation renforcera les fondements de notre entreprise à long terme." Cette stratégie n'est toutefois pas traduite en prévisions chiffrées.

Marleen Vaesen, CEO de Van de Velde ©Debby Termonia

Revenons donc à l'année 2018; une année 2018 qui s'est révélée catastrophique pour Van de Velde sur les marchés boursiers où le titre a perdu 51%. Il a atteint son plus bas niveau depuis 2008, influencé par une série d'avertissements sur résultats.

Le groupe de Schellebelle (Flandre orientale) note une nette réduction de son bénéfice (près de -25%) à 25,5 millions d'euros, soit 1,9 euro par action. Il dépasse toutefois les attentes des analystes qui tablaient sur un recul encore plus prononcé à 20,15 millions.  

Le chiffre d'affaires plie de 1,8% à 205,2 millions d'euros. Sur base comparable (en tenant compte des livraisons anticipées), ce chiffre ressort à 203 millions (-1,2%), là où les estimations des analystes anticipaient 203,5 millions. L'entreprise énonce deux explications à ce recul:

→ Dans la vente en gros: la croissance du segment balnéaire et l'augmentation des livraisons de la collection printemps/été ont été compensées par l'effet négatif des taux de change. 
→ Dans la vente de détail: les ventes en magasin ont progressé dans tous les pays d'Europe (+5,1%), mais elles se sont tassées aux États-Unis (-3%). Ce pôle d'activité a aussi subi un effet taux de change négatif, mais a surtout connu la fermeture de magasins.

Le résultat opérationnel s'établit à 37,2 millions (-33,1%) pour un résultat opérationnel récurrent (REBITDA) de 38,4 millions en ligne avec les attentes. "La baisse du REBITDA est due à l’augmentation des coûts. Ces dépenses ont principalement été encourues afin d’établir notre infrastructure e-commerce et afin d’améliorer et de simplifier les primaires processus informatiques. Le but et la réalisation de ce projet ont été définis en 2018", lit-on dans le communiqué.

Le groupe dispose enfin d'une trésorerie de près de 16 millions contre près de 22 millions un an auparavant. Le cash flow recule à 17,5 millions.

À l'issue de la présentation de ces résultats, le conseil d'administration propose le versement d'un dividende stable de 1,03 euro.   

©Sofie Van Hoof


Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect