Publicité

Agfa-Gevaert va lever 148 millions d'euros

Les nouveaux titres Agfa-Gevaert, qui seront disponibles dès demain jeudi, sont proposés avec une décote de 35% aux actionnaires existants. L'argent frais doit servir à des acquisitions et à renforcer le bilan.

Comme annoncé dans L'Echo, Agfa-Gevaert prépare une augmentation de capital dans les prochains jours.

L'entreprise d'Anvers a précisé ce matin dans un communiqué que l'opération portera sur 148,2 millions d'euros, ou 3,45 euros par action. C'est bien en-dessous du cours actuel puisque par rapport au cours de clôture de mardi (5,32 euros), les nouveaux titres sont proposés avec une décote de 35%.

Cet argent servira à "de possibles nouvelles opportunités de croissance" et à une "nouvelle consolidation du bilan".

Les actionnaires actuels peuvent souscrire à raison d'une nouvelle action pour trois anciennes détenues.

La souscription commence ce jeudi 21 octobre et court jusqu'au 4 novembre 2010.

Le cours l'action n'a pas basculé ce matin à l'ouverture, limitant son recul à 2%.

Siddy Jobe (Degroof), qui reste à "accumuler" sur la valeur mais fait passer son objectif de cours de 7 à 6 euros pour tenir compte d'une dilution, explique qu'il n'y a pas perte de valeur pour l'actionnaire, puisqu'il pourra revendre son droit préférentiel (via un placement privé à des institutionnels, en principe le 8 novembre prochain) dans le cas où il ne souhaite pas souscrire à de nouvelles actions.

Et pour l'investisseur qui ne possède pas encore de titres, l'analyste estime que l'action Agfa-Gevaert est aujourd'hui sous-évaluée. "Je pense que le management a fait du très bon boulot ces trois dernières années. Et pour peu que l'économie se reprenne, il pourrait y avoir un double effet positif sur la valeur. Même s'il faut toujours faire attention au prix de l'argent et de l'aluminium, dont une hausse augmenterait les coûts de l'entreprise, mais ça c'est business as usual", commente-t-il.

Dans une note, Siddy Jobe estime à 8 millions d'euros les commissions empochées dans l'opération par les banques qui orchestrent l'opération.

Un montant qui "peut sembler élevé mais qui rémunère aussi le risque qu'elles ont pris en s'engageant à souscrire". Il est arrivé à ce montant en déduisant le montant autorisé par l'assemblée générale des actionnaires pour une augmentation de capital (140 millions d'euros) du montant annoncé de l'opération ce mercredi matin.

Aux yeux de l'analyste, les opportunités de croissance externe se retrouvent 1) dans le secteur graphique, où "beaucoup de joueurs ont été déstabilisés durant la crise"; 2) dans la grande force de distribution de la division médicale, qui pourrait pousser l'entreprise à "racheter des acteurs disposant d'une technologie ou d'un produit qu'elle ne possède pas encore"; 3) dans les pays émergents comme ceux "d'Asie, d'Amérique latine ou du Moyen-Orient".

Il souligne enfin que l'endettement du groupe est passé de 721 millions d'euros en 2007 à 403 millions aujourd'hui, ramenant le ratio dette nette/Ebitda à un "très raisonnable" niveau de 1,2.

KBC Securities, dont le groupe est une des banques qui organise l'opération, a suspendu sa recommandation sur le titre mais a estimé la valeur du droit de souscription à 0,4675 euro sur la base du cours de clôture de mardi.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés