Après la Fnac, Sunslice et ses chargeurs solaires séduisent A.S.Adventure

Sunslice a développé un chargeur composé de cinq panneaux solaires de la taille d’une carte de crédit. ©Sunslice

La start-up bruxelloise qui développe des chargeurs solaires pour smartphones vient de clôturer une première année officielle de ventes de ses produits. La Fnac, A.S.Adventure, plusieurs importateurs étrangers et des grandes entreprises font déjà partie des convaincus.

Le soleil commence à briller pour Sunslice. Lancée d’abord sous la forme d'un projet étudiant, cette start-up installée dans les bureaux bruxellois de Start-It KBC a décidé de s’attaquer à un marché pour le moins compétitif. Son ambition est de développer le "plus petit chargeur solaire au monde pour smartphone". Pour y arriver, Geoffroy Ghion et Henri Gernaey, les deux ingénieurs fondateurs, ont combiné cinq mini-panneaux solaires flexibles de la taille d’une carte bancaire.

Le tout est raccordé à une batterie et ne dépasse pas, une fois replié, la taille d’un portefeuille. Outre la taille, l’entreprise mise aussi sur les performances de son chargeur de poche. "Aujourd’hui, notre système permet une recharge complète, voire deux selon les modèles de smartphone, en environ 1h30. La difficulté était d’augmenter les capacités de stockage en dégageant davantage de place pour le lithium", détaille Henri.

 

"Nous avons déjà des revendeurs au Mexique, en Suisse et nous venons récemment de signer avec un importateur japonais. Ça marche très bien là-bas, notamment car nous sommes une marque européenne, ce qui est très réputé."
Geoffroy Ghion
Cofondateur de Sunslice

Une fois la technologie développée restait une autre étape, probablement aussi compliquée: se faire une place sur un marché ultra compétitif, inondé par des produits chinois. L’entreprise est en bonne voie pour y parvenir. L’an dernier, Sunslice est parvenu à atteindre déjà plus de 4.000 produits vendus. D’abord uniquement active via son site internet, la start-up s’est rapidement entourée de revendeurs. À commencer par le groupe Fnac-Vanden Borre avec qui la start-up travaille depuis fin 2018.  

 

En parallèle, l’entreprise s’est rapidement intéressée au marché étranger. "On travaille avec des importateurs qui se chargent de la distribution dans plusieurs pays. Nous avons déjà des revendeurs au Mexique, en Suisse et nous venons récemment de signer avec un importateur japonais. Ça marche très bien là-bas, notamment car nous sommes une marque européenne, ce qui est très réputé", assure Geoffroy.

350.000 € pour préfinancer la production

Il y a quelques semaines, Sunslice s’est offert un nouveau canal de distribution en signant cette fois une collaboration avec les magasins A.S.Adventure. "Nous avons l’avantage d’être sur deux marchés: l’électronique et l’outdoor ce qui accroît notre visibilité et les magasins avec lesquels nous pouvons travailler" explique encore le jeune patron. Après une grosse année de ventes,  l’entreprise est proche de l’équilibre et devrait passer dans le vert dans les six mois.

4.000
chargeurs
En une grosse année, Sunslice a vendu plus de 4.000 chargeurs solaires

 Elle vient toutefois de s’entourer de quelques investisseurs dont le fonds wallon WING. "Nous venons de clôturer une levée de fonds de 350.000 euros. Ce n’est pas énorme mais le principal intérêt est de préfinancer nos prochaines productions et d'investir dans la recherche et le développement", explique Henri Gernaey qui ne souhaite pas se limiter aux chargeurs de poche. "Nous venons de lancer un sac à dos équipé d’un large panneau solaire fait en cellules flexibles ".

Pour cette année, Sunslice compte tripler ses ventes de chargeurs. Afin d’atteindre ses objectifs de croissance, la jeune société compte également développer la vente BtoB via les cadeaux d’entreprises. "Nous avons constaté lors des derniers mois de l’année que ce marché est très porteur. Nous avons réalisé un cinquième de nos ventes via ce canal", glisse le patron qui préfère rester discret sur ses clients professionnels. "C’est le genre de thématiques sur lesquelles les entreprises préfèrent ne pas trop s’exprimer. Je peux juste préciser que plusieurs de nos clients sont des grandes entreprises bien connues", assure Geoffroy Ghion.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés