Publicité
Publicité

EVS enfin sur la voie de la reprise?

Dirigée par Serge Van Herck, EVS a vu ses ventes grimper de 46% au premier trimestre. ©BELGA

EVS s'est sentie assez en confiance pour formuler des prévisions annuelles chiffrées. De quoi la remettre sur les rails de la croissance?

Avec un gain de près de 7,5%, à 18,8 euros, en bourse ce jeudi matin, EVS affichait la meilleure performance de toute la cote bruxelloise. La raison? Le spécialiste de la technologie vidéo en direct a fait état d’un chiffre d’affaires trimestriel en hausse de 46%, à 54 millions d’euros. Et 13,2 millions de revenus supplémentaires devraient être comptabilisés pour la location de grands événements sportifs plus tard dans l’année.

En ligne avec le consensus

Surtout, la société liégeoise s’est risquée à formuler des prévisions pour l’ensemble de l’exercice. En partant de l'hypothèse que la pandémie sera maîtrisée au niveau mondial d'ici le troisième trimestre 2021 et que les grands événements sportifs d'été se dérouleront comme prévu, EVS anticipe des revenus dans une fourchette comprise entre 110 millions et 120 millions d’euros.

"Nous maintenons notre recommandation d’achat et notre objectif de cours de 23 euros bien que la nouvelle guidance soit inférieure à nos estimations."
Guy Sips
Analyste chez KBC Securities

Le consensus des analystes compilé par Bloomberg vise, lui, un chiffre de 118 millions d’euros. Rappelons que l’an dernier, EVS a dégagé des revenus de 88,1 millions d’euros.

Guy Sips, de KBC Securities, renouvelle sa confiance dans les perspectives du groupe. "Nous maintenons notre recommandation d’achat et notre objectif de cours de 23 euros bien que la nouvelle guidance soit inférieure à nos estimations (125,6 millions d’euros)", explique-t-il.

Visibilité limitée

Chez Degroof Petercam, on se veut plus nuancé et on parle de "sentiments mélangés". Michael Roeg se demande si la croissance annoncée pour 2021 est synonyme de reprise ou d’autre chose.

18
euros
Chez Degroof Petercam, le conseil de Michael Roeg sur EVS reste "à conserver" avec un target de 18 euros.

Hors grands événements sportifs et les ventes d’Axon, il constate que les revenus du business de base atteignent seulement 92 millions d’euros. Il les compare aux 102 millions de 2019, le chiffre le plus bas depuis l’année de crise de 2009. "Nous nous demandons si le business de base peut se stabiliser cette année et finalement croître à nouveau à partir de l’an prochain."

Il rappelle qu’après le pic des ventes de 2012, la société a connu une érosion de ses ventes et de ses marges entraînant un net déclin de ses résultats opérationnels. Un nouveau CEO ambitionne de remettre EVS sur les rails de la croissance, mais la visibilité d’une reprise potentielle vers les anciens sommets reste limitée estime l’analyste. Son conseil reste donc à "conserver", avec un target de 18 euros.

Même conseil chez ING, qui souligne que la direction s’est sentie suffisamment en confiance pour dévoiler des prévisions annuelles. L’objectif de cours reste fixé à 13 euros.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés