Huawei veut un standard dans la cybersécurité

©REUTERS

De passage à Bruxelles, le patron du géant chinois, Ken Hu, a appelé mardi à une approche commune afin d’éviter de se rejeter la faute. Après tout, l’Europe l’a fait avec son règlement sur la protection des données.

Pointé du doigt quant à de possibles risques en matière de sécurité sur ses équipements télécoms, Huawei a appelé ce mardi à Bruxelles gouvernements, opérateurs, régulateurs et autres parties prenantes du monde, à travailler ensemble à l’élaboration de standards communs en matière de cybersécurité.

"Public et privé manquent de compréhension commune."
Ken Hu
CEO de Huawei

Une nécessité car "secteurs public et privé de par le monde manquent à ce jour d’une compréhension unifiée et partagée sur cette question" – et, en particulier, sur le fait que la chaîne d’approvisionnement est globale et fournit en ce compris les produits du géant chinois. Par conséquent, "les différentes parties prenantes ont des opinions et des attentes différentes, ce qui débouche sur une absence d’alignement en matière de responsabilité", a évoqué Ken Hu, CEO de Huawei, de passage dans la capitale pour l’inauguration d’un nouveau centre du groupe dédié à la cybersécurité.

"Besoin urgent" à la veille de la 5G

Jusqu’ici, chacun y va de sa propre initiative, sans réelle prise de hauteur – avec parfois "une mise en application des lois quelque peu immature" –, et ce, alors même qu’il y a un "besoin urgent d’investir dans des standards et des systèmes de vérification communs afin d’éviter de se référer à la spéculation et aux rumeurs commerciales", à l’aube du déploiement mondial de l’internet mobile ultra-rapide qu’est la 5G, amené à équiper à terme les 75 milliards d’objets connectés attendus d’ici 2025. "Une tâche pour la société dans son ensemble, car la confiance est le fondement même d’un monde digital sain et prospère."

Histoire de joindre les actes aux paroles, Ken Hu confie avoir rencontré lundi Andrus Ansip, vice-président de la Commission européenne chargé du marché numérique, afin de lui faire part de sa position. L’idée est de répliquer ce qui a été accompli sur la protection des données personnelles avec le RGPD, du nom de ce règlement européen donnant (depuis mai) plus de contrôle aux citoyens de l’Union sur ce qui est fait de leurs informations en ligne. "Un exemple brillant ayant fait parler de lui partout au monde."

Du reste, Huawei est affirmatif: au cœur de sa stratégie, aujourd’hui, c’est "la sécurité ou rien", a conclu Ken Hu. Un principe résumé en "ABC": "Assume nothing, believe nobody, check everything ("n’assumez rien, ne croyez personne, vérifiez tout", NDLR)."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect