Jean Marc Harion prend les rênes de Mobistar

© Doc

Jean Marc Harion devient le nouveau CEO de Mobistar à partir du 1er décembre prochain.

En interne, il se murmurait que le départ du CEO Benoît Scheen signait la fin du stand alone pour Mobistar. La maison-mère, France Telecom, qui détient environ 53 % de l’entreprise allait, selon les insiders, franciser davantage la société. Comprenez intégrer le deuxième opérateur GSM du pays et en faire une filiale à part entière du groupe français.

Toujours belge?

Le successeur de Scheen est connu depuis ce mercredi. Ce sera Jean Marc Harion qui est actif chez France Telecom depuis 1999. Mais cette décision n’infirme, ni ne confirme l’hypothèse de l’intégration, car elle est à mi-chemin entre France-Telecomisation et belgitude. Une chose est sûre: le nouveau CEO est un ket de la capitale.

"Bruxellois de naissance, Jean Marc Harion a fréquenté les bancs de l’Athénée Royal de Koekelberg puis ceux de l’Université Libre de Bruxelles et de l’Université de Mannheim, où il a étudié la linguistique. Il est également titulaire d’un Master en gestion de l’information décroché à l’Institut d’Etudes politiques de Paris", énumère Mobistar.

De Santo Domingo à Evere

Autre signe que Mobistar est toujours belge: "c’est une décision qui a été prise avant tout par le conseil d’administration de Mobistar et c’est pour ça que le président du CA Jan Steyaert est cité dans le communiqué", nous dit le porte-parole de Mobistar, Mathieu Van Overstraeten.

Il insiste donc, c’est Mobistar qui a pris la décision. Jan Steyaert souligne pour sa part, le "leadership", la "créativité" et les "solides connaissances au niveau financier" du nouveau big boss à l’avenue du Bourget qui prendra ses fonctions le 1er décembre.

Mais si le CEO est Belge, c’est en France et à l’international qu’il a fait ses armes. Depuis son arrivée chez France Telecom, il a opéré en France, en Amérique du Nord et du Sud. Depuis 2009, il était CEO d’Orange République Dominicaine, un marché à mille lieues du nôtre, diront certains.

Selon Mobistar, ses connaissances des marchés télécoms et technologiques sont pointues. On nous avoue aussi qu’il ne les a jamais exercées dans notre plat pays. Qu’à cela ne tienne, "comme n’importe quel nouveau CEO, il lui faudra un temps d’adaptation", nous dit Van Overstraeten.

Ceci étant, quoi qu’on en dise chez Mobistar, on reste observateur des décisions stratégiques de la maison-mère. Plusieurs pistes avaient été évoquées par le passé.

En avril, dans une interview dans le Wall Street Journal, le directeur général de France Telecom Stéphane Richard disait: "notre modèle économique en Europe est sous pression […] Le portefeuille européen a besoin d’être plus efficace. Dans certains pays, il n’y a plus de croissance!".

Il expliquait qu’en Autriche, le groupe allait soit vendre ses parts soit monter à 100 % dans sa filiale locale. Plusieurs observateurs en avaient alors déduit qu’il en allait de même pour Mobistar.

Plus tard on apprenait que Blackrock et KKR étaient intéressés. Mais Richard démentait les rumeurs au cours de l’été.

Comme Jean Marc Harion vient de la maison-mère, certains pourraient a contrario y voir un engagement à plus long terme de France Telecom. Cela veut-il dire que France Telecom va vouloir racheter les parts flottantes de Mobistar et par effet domino que l’action serait sortie de la cote à la Bourse de Bruxelles? Rien ne permet de l’affirmer, même si cette piste n’a jamais été rejetée par le management français.

"L’achat des minoritaires de Mobistar est une option qui reste ouverte, mais on n’a rien décidé à ce stade", disait d’ailleurs encore Stéphane Richard, en juillet dernier.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés