OVH reprend une usine d'Ontex où 100.000 serveurs par an seront assemblés

L’objectif pour OVH? Passer à la vitesse supérieure, afin de fournir ses quelque 28 data centers en exploitation répartis entre 19 pays. ©OVH

Le déménagement de la dernière ligne de production, outre-Quiévrain, a été finalisé cet été pour le spécialiste belge des couches et protections périodiques. De son côté, le géant français de la fourniture de services cloud modernise une activité jusqu’ici réalisée (à l’étroit) en son siège de Roubaix.

Nouveau développement de taille pour le français OVH. Le numéro un européen dans la fourniture de services cloud a récemment ouvert une usine d’assemblage de serveurs à Wasquehal (près de Lille), rapportent ce mardi Les Echos, soit… au sein des murs de l’ancienne usine du spécialiste belge des couches et protections périodiques Ontex. Une extension devenue nécessaire face à la croissance du groupe qui produisait jusque-là (à l’étroit) lesdits équipements (entre 60.000 et 80.000 unités par an) dans différents bâtiments au sein son siège, à Roubaix. Machines et activité ont déjà été transférées, quand un investissement "de quelques millions" (hors foncier) a été effectué en sus, notamment pour acquérir un équipement plus moderne.

"Nous avons commencé à vider les lieux fin 2017 pour terminer cet été le déménagement de la dernière ligne de production."
Gaëlle Vilatte
Porte-parole d’Ontex

La vente des murs a été "finalisée il y a déjà 6 à 9 mois", nous dit-on du côté d’Ontex sans préciser le montant de l’opération, même si "nous avons commencé à vider les lieux à partir de fin 2017 pour terminer cet été le déménagement de la dernière ligne de production", précise Gaëlle Vilatte, porte-parole. Et pour cause, l’entièreté de l’activité dédiée à l’incontinence pour adultes, ainsi que celle de l’usine d’Arras, a été déménagée et regroupée sous un même toit à mi-chemin entre les deux localisations, à Dourges – plus de 300 salariés s’activent sur place pour une capacité de production de 500 millions de couches par an. Un développement accompagné d’un investissement de 45 millions d’euros, aussi bien en immobilier qu’en processus industriels et en nouvelles machines, indiquait alors la firme, et ce, dans l’idée de "poursuivre la modernisation de son appareil productif et de mieux servir ses clients français et internationaux".

15.000 mètres carrés pour continuer à croître

L’objectif pour OVH? Passer à la vitesse supérieure, afin de fournir ses quelque 28 data centers en exploitation répartis entre 19 pays.

Le profil
OVH
  • Fondée en 1999 par l’entrepreneur français d’origine polonaise Octave Klaba, OVH est aujourd’hui leader européen des services cloud.
  • Fort de 28 datacenters (360.000 serveurs) en exploitation dans 19 pays, le géant français a généré un chiffre d’affaires de 500 millions d’euros lors de son dernier exercice. Il emploie à ce jour quelque 2.200 personnes.
  • Face à la croissance de l’activité et à un désir de réduire les coûts, il a commencé l’assemblage propre de ses serveurs dès 2002 déjà.
  • Si Octave Klaba a confié la direction du groupe en août à Michel Paulin – conservant pour sa part la présidence du conseil d’administration –, sa famille possède toujours 80% d’OVH, quand le restant est aux mains des deux fonds d’investissement américains KKR et Towerbook.

Dans les 15.000 mètres carrés d’usine qu’il occupe désormais, 1.600 serveurs sont assemblés par semaine, sur quatre lignes d’assemblage. Bientôt, cette production devrait bondir jusqu’à une fourchette oscillant entre 80.000 et 100.000 unités annuelles. À terme, la capacité totale est même estimée à 400.000 serveurs.

Un développement qui concerne quelque 130 travailleurs, sous-traitant compris (et travaillant aussi dans les murs) – et s’accompagne de l’installation de cinq laboratoires, répartis sur près de 2.000 mètres carrés, destinés à travailler à l’amélioration de la technologie utilisée au sein de ses équipements.

Un enjeu important pour un acteur qui l’est tout autant. Pas toujours connu du grand public, OVH est pourtant un poids lourd de services cloud, fournis à plus d’un million de clients de par le monde. Lors du dernier exercice, le français a enregistré un chiffre d’affaires de 500 millions d’euros, fort de 2.200 salariés. Tout cela sous le commandement de son fondateur – CEO jusqu’en août pour ne garder que la présidence du conseil afin de prendre du recul sur le day-to-day – et actionnaire majoritaire: Octave Klaba. Français d’origine polonaise, cet entrepreneur a créé l’entreprise en 1999 déjà, au sortir de ses études d’ingénieur (Icam).

Depuis, le groupe connaît une croissance importante de par le monde. Jusqu’à inspirer Xavier Niel, qui nous confiait lors d’une rencontre que la prochaine lettre de "Gafa" était sûrement un "O", pour OVH, "boîte installée pas loin de la frontière entre la Belgique et la France (…) en train d’attaquer Amazon, Apple et Google de face. Tranquille. C’est un truc de malade, probablement l’une de nos plus belles start-ups. Le gars est parti tout seul de Roubaix et il y va."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect