Perpsectives records pour Zetes, malgré ses chiffres semestriels

Alain Wirtz, CEO de Zetes

L'entreprise spécialisée dans l'identification des biens et des personnes Zetes anticipe des résultats annuels records et ce malgré des chiffres semestriels qui mis à part, le chiffre d'affaires sont en baisse d'une année sur l'autre.

Si la société Zetes enregistre une croissance de ses ventes (+5,7% à 88,6 millions d’euros) au premier semestre, tous ses autres chiffres sont en retrait. Son EBITDA courant à 6,1 millions d’euros diminue de 14,4% et son résultat part du groupe après impôts perd 23%. Tout ceci par rapport à 2009, année que Zetes qualifiait déjà de difficile. Cela signifie-t-il que l’entreprise spécialisée dans la reconnaissance des biens et des personnes va connaître une mauvaise année ? Que du contraire, si l’on en croit le management qui assure que "le 1er semestre n’était pas très représentatif" et qui promet "d’enregistrer une performance globale supérieure aux performances les plus élevées jamais enregistrées par le Groupe". Au niveau des perspectives, cela représente un revenu de 190 millions d’euros et un EBITDA courant de 17 millions d’euros contre 177,6 millions et un EBITDA courant de 15,2 millions en 2008, ce qui est la meilleure performance de la société née en 1984.

Mais alors, d’où ces chiffres semestriels ont-ils bien pu venir ? Le CEO Alain Wirtz épingle plusieurs raisons. Tout d’abord, il pointe l’intégration des acquisitions, un investissement technologique de 2 millions en Israël et un autre projet d’un million en Grèce, qui ne seront bénéficiaires qu’à partir du second semestre. Ensuite, il insiste sur le redressement du dollar qui augmente les coûts et diminuent les revenus de l’entreprise. Finalement, il épingle aussi "quelques soucis de livraison des fournisseurs de technologies, avec des pièces qui étaient introuvables ce qui nous a empêché de finaliser quelques projets à haute valeur ajoutée. Mais la situation se normalise", assure le CEO.

"Comparons sur huit mois!"

La plupart de ces problèmes, mis à part peut-être le niveau du dollar, Zetes ne devrait pas les connaître au second semestre. Finalement, seule la marge se retrouve quelque peu sous pression. "La marge en volumes sera bien plus importante même s’il est vrai qu’en pourcentage la marge devrait perdre un pourcent", explique le CEO. "Si on avait pu comparer les huit premier mois avec ceux de l’année passée, on aurait déjà des progressions", assure-t-il.

La marge brute de Zetes au premier semestre est en baisse, passant de 46,5% à 45%, elle est néanmoins supérieure à celle de 2008 (42,3%).

Coté chiffres, c’est la branche "People ID" qui diminue (-5,2%) alors que les activités dans l’identification de marchandises ont progressé de 8,9%, une branche qui génère quatre fois plus de volumes de ventes mais dont les marges sont moindre. Ainsi, dans le "People ID", Zetes a généré au premier semestre une marge brute de 42% contre une marge brute de 56,8% dans le "People ID". En termes de contribution au résultat cette branche d’identification des personnes est donc fort importante.

Croissance et acquisitions

Dans ce contexte, le contrat de 30 millions de dollars signé au Congo est relativement important. Un contrat qui n’a pas encore impacté le premier semestre mais "20 à 25 seront enregistrés au second semestre", explique Alain Wirtz. Sur l’année, Zetes anticipe une croissance de l’ordre de 20% dans ses activités de reconnaissance de personnes et d’environ 12% dans la reconnaissance de biens.

Enfin, si le groupe est en bon chemin pour l’intégration de ses acquisitions, il ne pense pas en conclure de nouvelle tout de suite. Pourtant, Zetes se positionne à l’achat mais "les gens veulent vendre avec une valorisation d’avant-crise et avec notre budget 2010, il est très compliqué de se mettre d’accord sur le prix. Mais nous suivons de près 4 ou 5 dossier" assure enfin le CEO.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés