Trois Belges lèvent 12 millions de dollars pour démocratiser la cryptomonnaie

©saskia vanderstichele

Lancée par trois Belges en janvier 2018, Argent vient de lever 12 millions de dollars auprès notamment d’un fonds américain. Leur "wallet" numérique a pour ambition de simplifier l’utilisation des cryptomonnaies.

Avec leur start-up Argent, trois Belges sont en train de se faire un nom dans le monde de la cryptomonnaie. Gerald Goldstein, Julien Niset et Itamar Lesuisse sont les cofondateurs d’une jeune pousse spécialisée dans l’utilisation de l’Ethereum, la deuxième blockchain la plus célèbre derrière le fameux Bitcoin. Lancée en janvier 2018, l’app qu’ils ont créée est un portefeuille digital, comparable à une application bancaire telle que Revolut. Elle a pour objectif de faciliter l’utilisation des fameuses cryptomonnaies. L’application permet de stocker, échanger, envoyer et même prêter des cryptomonnaies. "Aujourd’hui, il faut encore être un peu geek pour manipuler les cryptomonnaies. Notre ambition est de simplifier autant que possible l’utilisation et ainsi démocratiser la technologie", explique Gerald Goldstein, le CTO d’Argent. "Pour ce qui concerne la sécurité, nous avons les mêmes pratiques que celles en place sur les applications classiques", assure-t-il. L’ambition est grande. Elle est aussi soutenue. La start-up vient de clôturer une première levée de fonds de 12 millions de dollars auprès du fonds Paradigm. "C’est l’investisseur de référence dans le monde des cryptomonnaies et qui est lui-même soutenu par le fonds Sequoia", explique Gerald Goldstein.

"Aujourd’hui, il faut encore être un peu geek pour manipuler les cryptomonnaies. Notre ambition est de simplifier autant que possible l’utilisation et ainsi démocratiser la technologie."
Gerald Goldstein
Cofondateur et CTO d'Argent

Lever 12 millions de dollars moins de trois ans après la création d’une entreprise est plutôt rare dans le secteur. Que l’investisseur principal vienne de la Silicon Valley rend la chose encore plus exceptionnelle. "Nous sommes fiers d'être une des premières start-ups européennes avec comme premier investisseur un fonds de la Silicon Valley", assure Julien Niset, le CSO de la jeune entreprise. "C’est donc la preuve qu’ils ont véritablement confiance en nous", explique-t-il. La start-up a pu également compter sur ses premiers investisseurs qui avaient injecté quatre millions de dollars au lancement de leur projet.

Organisation décentralisée

Dans un premier temps, les fonds levés serviront à agrandir l’équipe. "Nous sommes aujourd’hui une vingtaine, l’ambition est de passer à trente dans les mois à venir", précise encore Julien Niset. Les deux responsables cherchent d’ailleurs des personnes en Belgique. Le recrutement ne se limite toutefois pas au plat pays. "Nous avons une organisation complètement décentralisée. Notre siège social officiel est à Londres où est installé Itamar Lesuisse, notre CEO. Mais nous sommes une entreprise européenne. Nous sommes dans neuf pays avec parfois des employés qui travaillent seuls à domicile. On se réunit seulement une fois tous les trois mois durant une semaine", explique encore Julien Niset.

8
millions de dollars
Aujourd’hui, l’équivalent de 8 millions de dollars sont en gestion sur Argent

Aujourd’hui, l’équivalent de 8 millions de dollars sont en gestion via leur application qui se rémunère grâce à des commissions sur les transactions et sur certains services payants. La start-up a préféré miser sur l’Ethereum plutôt que le Bitcoin pour différentes raisons, notamment le développement. "D’un point de vue technologique, l’Ethereum a bien plus de potentiel que le Bitcoin. On constate aussi que le marché commence doucement à se structurer. Le marché se consolide autour de ces deux références", explique le CTO de la boîte.

Afin de rendre le projet viable, l’entreprise espère voir son nombre d’utilisateurs grimper en flèche. Actuellement, Argent peut compter sur 3.500 utilisateurs actifs et une liste d'attente de 1.000 personnes. Ses responsables espèrent en avoir un million dans les trois ans. Un sérieux défi donc mais rien d’impossible selon eux. "Nous sommes dans une phase de croissance exponentielle. Mais nous sommes bien conscients que cela prendra du temps. Le montant levé servira d’ailleurs à financer cette stratégie à long terme. On fait un marathon, pas un sprint", explique encore Julien Niset.

Question recrutement d'utilisateurs, les responsables de la jeune société savent de quoi ils parlent. Avant l’expérience Argent, Gerald Goldstein et Itamar Lesuisse ont créé Peak, une application de jeu cérébral, désormais propriété de l’éditeur Hachette. À l’époque du rachat, leur création avait déjà été téléchargée 50 millions de fois.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés