Un week-end pour créer sa start-up

©Stephan KERFF

Créer sa start-up en trois jours: un pari fou relevé par une soixantaine de jeunes entrepreneurs pour la troisième édition du "Startup Weekend" de Liège.

Partir d’une page blanche. Dessiner, peaufiner une idée, et la présenter trois jours plus tard. C’est le défi relevé ce week-end par une soixantaine de participants à la troisième édition du "Startup Weekend" de Liège. "On peut appeler ça un marathon", confie Marie-Amélie Lenaerts, une des participantes. "Le but, c’est de construire une start-up en 54 heures". Nicolas Paris, organisateur du week-end, détaille la formule "Startup Weekend", au micro de L'Echo:

Le dimanche, la fatigue fait place à la tension sur les visages mal rasés. Les équipes préparent leur "speech". En retard, certains soupirent, puis reprennent leur exposé. Chaque détail compte. Dans deux heures, ils n’auront que cinq minutes pour convaincre un jury exigeant.

Part of the jury for #swliege - Startup weekend Liege pic.twitter.com/1sbKoVvsj2— Vincent Keunen (@VincentKeunen) 15 Juin 2014

De gauche à droite : Vincent Keunen, CEO de Manex, CIO de Lampiris / Bruno Venanzi, CEO de Lampiris / Jean-Michel Javaux, Meusinvest, ancien co-président d'Ecolo / Alain Lesage, GreenWin / Bernard Surlemont, HEC Université de Liège / Hors photo : Ben Piquard, coach pour start-ups / Bruno Wattenbergh, COO @Impulse.Brussels.

Chaque "team" doit innover dans le secteur des "Cleantech": les technologies respectueuses de l’environnement. Dans cette salle de cours, une équipe peaufine son concept de "Smart Grid" pour pallier les insuffisances des énergies renouvelables intermittentes. Plus loin, une autre règle son prototype de serre miniature, éclairée avec des LED et connectée à votre smartphone. Edouard Libion, un des membres de l'équipe, nous explique son prototype:

Agrôme, une mini-serre connectée

Dans l’atrium principal de la Haute Ecole de Commerce, nous retrouvons Nicolas Paris. "Startup Weekend" est un des nombreux concepts qui éclosent aux Etats-Unis et fleurissent dans le monde entier. "Ça a été créé en 2007", ajoute l’organisateur, "c’est le plus grand incubateur de projets au monde".

Sur le site officiel, les compteurs donnent le tournis: plus de 1.500 événements organisés à travers 726 villes. En Belgique, Louvain, Gand ou Mons ont aussi accueilli ce sprint vers l’innovation. Et le 27 juin prochain, d’autres "starters" tenteront de boucler eux aussi leur "business model" à Bruxelles, dans les locaux de la HUB. Chaque week-end est organisé par un groupe local composé de bénévoles qui utilisent la marque "Startup Weekend", avec l'obligation de respecter la formule originale.

Pour Marie-Amélie, le sprint final s’avère payant: son équipe remporte la troisième édition liégeoise avec "SmartStation", un projet de petits capteurs implantés à Liège, dans plusieurs centaines de lieux. Un peu avant les présentations et la délibération du jury, elle nous explique leur projet.

 

Le "Startup Weekend" est le principal pilier d’un écosystème qui compte également des sociétés spécialisées dans l’accompagnement et le tutorat. LeanSquare, un nouveau venu dans ce secteur, en fait partie et il guidera les lauréats durant trois mois pour passer de l’ébauche à la réalité.

 

BONUS

Pour Nicolas Paris, organisateur, un "Startup Weekend", c'est un tremplin. Plusieurs entreprises ont vu le jour grâce aux éditions précédentes.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés