Les agences Thomas Cook/Neckermann seront-elles bradées?

©Tim Dirven

Le travail effectué par EY sur le contrôle des comptes de Thomas Cook va être analysé au Royaume-Uni. En Belgique, la dernière filiale encore debout a annoncé hier le dépôt de bilan. Les syndicats entrevoient désormais une reprise à moindre prix des activités.

Alors que la faillite du tour-opérateur Thomas Cook continue de faire des remous au sein de ses filiales, le régulateur comptable britannique (FRC) a lancé une analyse du travail effectué par le bureau d'audit EY. Objectif: repérer d'éventuelles fautes qui auraient été commises lors du contrôle des livres de Thomas Cook.

Les chiffres 2018 de l'entreprise seront, en effet, scrutés de particulièrement près par la FRC. Si des éléments probants devaient être mis à jour, une enquête plus approfondie serait lancée.

L'examen du travail effectué par les grands groupes de comptabilité et d'audit est devenu monnaie courante, surtout quand les comptes sont validés juste avant un prononcé de faillite.

Effet domino

Après la chute de la maison-mère le 23 septembre dernier, les filiales étrangères du groupe se sont écroulées tel un château de cartes. En France, un tribunal doit décider ce mardi de l'ouverture d'une procédure de redressement judiciaire de Thomas Cook France.

500
personnes
Thomas Cook Retail Belgique emploie quelque 270 personnes dans les agences et 230 personnes au siège.

En Belgique, la direction a jeté hier l'éponge et annoncé le dépôt de bilan de l'unique entreprise encore debout. Thomas Cook Retail Belgique, qui gérait le réseau d'agences Neckermann/Thomas Cook et qui organisait aussi les voyages de groupe et les voyages vendus sur le net, n'a pas su trouver le repreneur indispensable à sa survie.

Sa faillite a été prononcée ce mardi matin par le tribunal de Gand, laissant au passage quelque 500 personnes sur le carreau: 270 dans les agences et 230 au siège en charge des voyages de groupe, des ventes en ligne, de l'IT, de la comptabilité... 

Une reprise moins chère?

Tout le week-end, la direction a tenté le tout pour le tout avec différentes parties intéressées; notons que cet intérêt était totalement absent pour les activités des entreprises Thomas Cook déclarées la semaine dernière en faillite. De sources syndicales, on entend désormais que le prononcé de faillite permettra aux candidats éventuels à une reprise (partielle ou totale) d'acquérir les activités à moindre prix.

"Un curateur va être désigné et nous supposons qu'il va peut-être discuter avec ces candidats d'une reprise", indiquent les syndicats.

Mais, pour l'heure, place à l'information des salariés. Des réunions sont prévues afin d'expliquer les démarches à entreprendre, les mesures d'accompagnement possibles...   

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect