Plopsa mise sur la Pologne pour doper sa fréquentation

©Marc Peirs

Depuis 2015, la fréquentation des parcs Plopsaland est en recul. Cela n'empêche pas le groupe Plopsa de voir son chiffre d'affaires progresser.

Le groupe de parcs d'attractions Plopsa a accueilli l'an dernier 2,7 millions de visiteurs dans ses Plopsaland de La Panne, de Coo, d'Hasselt mais aussi à l'étranger. Le groupe dispose en effet de parcs aux Pays-Bas, en Allemagne et depuis peu en Pologne.

Toutefois, Plopsa reconnaît que la fréquentation s'est tassée ces dernières années. Il est question d'un recul de 100.000 personnes par an depuis 2015.

Plop, Samson et compagnie ne feraient-ils plus recette?

Si on regarde les chiffres bénéficiaires et les futurs plans du "Disney flamand", c'est loin d'être le cas. "Nous nous concentrons davantage sur le chiffre d'affaires que sur la fréquentation", souligne Steve Van den Kerkhof, CEO de Plopsa. Il ajoute que de grands événements pèsent davantage sur le taux de fréquentation que sur le chiffre d'affaires. Les récentes adaptations tarifaires en sont peut-être aussi la cause.

©BELGA

Plopsa affiche pour 2018 un chiffre d'affaires de 73,3 millions d'euros contre 70,9 millions en 2015. Il ambitionne pour cette année de dépasser les 75 millions d'euros.

Pour Van den Kerkhof, la rentabilité du groupe atteint des niveaux record. "La marge opérationnelle était l'an dernier de plus de 43%. Nous avons ces dernières années réussi à nous maintenir au-dessus des 40%, là où dans le secteur les marges opérationnelles s'établissent généralement entre 20 et 30%."

L'atout de Plopsa

Si Plospa affiche une telle santé financière, c'est avant tout, explique le CEO, parce que le groupe continue d'être géré comme une PME. Il ajoute que dans le pays, les autres acteurs sont dans les mains des grands groupes comme la Compagnie des Alpes pour Walibi et Bellewaerde ou l'Espagnol Parques Reunidos pour Bobbejaanland; deux multinationales cotées en Bourse.

La "PME" Plospa ne l'empêche cependant pas d'être active à l'étranger avec le dernier venu en Pologne. Le parc reprenant l'univers de Maya l'abeille a ouvert ses portes l'an dernier. Il devrait atteindre cette année les 250.000 visiteurs. De quoi faire passer les chiffres de fréquentation du groupe au-delà des 3 millions.

"Le lancement du parc est un succès et nous envisageons de futurs développements." Après l'investissement de départ de 20 millions, une seconde tranche de 20 millions a été décidée.

Des projets en pagaille

Pourquoi irions nous ouvrir un parc en Chine alors que nous avons tant d'opportunités en Belgique?
Steve Van den Kerkhof
CEO de Plopsa

Le groupe n'est pas sans projet non plus pour la Belgique. "Si nous ouvrons l'an prochain notre Plopsa Hotel à La Panne, nous comptabiliserons en Belgique quatre activités: les parcs outdoor, les parcs indoor, les parcs aquatiques (Plopsaqua) et les nuitées. Nous pourrions aussi adapter pas à pas ce concept dans les autres pays." Et Steve Van den Kerkhof d'ironiser: "Pourquoi irions nous ouvrir un parc en Chine alors que nous avons tant d'opportunités en Belgique."

Un deuxième parc aquatique est en effet en cours de construction à Hannut en région liégeoise. De nombreuses localisations sont également passées en revue  pour un nouveau site. Malines semble avoir la cote.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect