Pourquoi 5 millions ont quitté les caisses belges de Thomas Cook pour le Royaume-Uni?

©AFP

On savait que les sociétés belges de Thomas Cook avaient prêté d'importantes sommes d'argent à d'autres entités du groupe. Des prêts qui les ont fait culbuter. Aujourd'hui, on apprend l'existence d'un transfert de 5 millions d'euros vers le Royaume-Un juste avant la faillite.

On le sait désormais, dans la chute des filiales belges du voyagiste britannique Thomas Cook, l'élément financier a pesé. Thomas Cook Belgique et Thomas Cook Financial Services – les deux premières sociétés à avoir été déclarées en faillite – détenaient des créances à l'égard d'autres entités du groupe.

À la lecture des chiffres de 2018, il est question de 360 millions d'euros, rien que pour Thomas Cook Financial. Aujourd'hui, on apprend que, juste avant la faillite du groupe au Royaume-Uni, un transfert de 5 à 6 millions a été effectué depuis les activités belges.  

Nous voulons savoir qui a pris l'initiative. La question a déjà été posée aux directeurs.
Hans De Meyer
curateur

Transfert anglais

Les curateurs, désignés la semaine dernière par le tribunal de Gand, veulent comprendre pourquoi cet argent est parti vers le Royaume-Uni, lit-on dans les journaux du groupe Mediahuis.

Si une succursale manquait temporairement d'argent et qu'une autre entité avait un excédent, elle pouvait se rabattre sur le "cash pool" du groupe.

"A la dernière minute, 5 à 6 millions d'euros de l'argent de Thomas Cook Belgique ont été envoyés au Royaume-Uni. L'argent pour le redémarrage de l'activité belge avait disparu", déclare Hans De Meyer, un des curateurs. "Nous voulons savoir qui a pris l'initiative. La question a déjà été posée aux directeurs."

Selon les curateurs, avec une telle enveloppe disponible, Thomas Cook aurait pu subsister en Belgique; du moins quelque temps en se plaçant sous le régime de protection des créanciers. Ce délai aurait aussi permis de prendre le temps de trouver un ou des éventuel(s) repreneur(s). 

Une demi-surprise

Pour les syndicats, ces transferts ne sont qu'une demi-surprise. "Le personnel est quand même très très amère" , indique Els De Coster du syndicat libéral l'ACLVB. Les caisses ont été vidées après le dernier versement des salaires, ajoute-t-elle. Mais quid des autres rémunérations en suspens? Les employés ont droit à une indemnité de départ qui peut aller jusqu'à deux fois le salaire annuel de base en fonction de l'ancienneté. Il y a aussi les chèques repas et a d'autres avantages, explique-t-elle.  

"Cash pool"

La question de l'argent indisponible avait déjà été soulevée fin septembre lorsque la menace de ne pas pouvoir payer les salaires du mois planait.

Les sociétés belges de Thomas Cook faisaient partie d'un fonds commun avec le reste du groupe.

L'idée était que si une succursale manquait temporairement d'argent et qu'une autre entité avait un excédent, la première n'avait pas à emprunter inutilement, mais pouvait se rabattre sur le "cash pool" du groupe.

Ce système totalement légal fonctionne bien en période de prospérité, moins en temps difficiles. Deux jours après la faillite en Grande-Bretagne, le "cash pool" a été suspendu.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect