Thomas Cook met ses avions en vente

©BELGAIMAGE

Après une année marquée par deux avertissements sur résultats, le voyagiste britannique procède à "une réévaluation stratégique" de sa compagnie aérienne forte de 103 avions. Thomas Cook étudie "toutes les options" pour dégager des fonds afin d'investir dans ses hôtels et d'accélérer son passage au numérique.

Le plus vieux voyagiste du monde change de cap. Ce jeudi, à l'occasion de la publication de ses résultats, le patron de Thomas Cook a indiqué qu'il n'avait "pas besoin de posséder une compagnie aérienne en totalité pour être un voyagiste compétitif". Peter Fankhauser fait référence aux 103 avions que son entreprise possède. En Belgique, le mouvement a déjà été opéré il y a un peu plus d'un an. Thomas Cook Airlines Belgium,  deux avions et ses 160 membres d'équipage avaient alors été absorbés par Brussels Airlines. 

Thomas Cook Airlines a transporté l'an dernier 20 millions de passagers et peut, à en croire son patron, encore faire face à la concurrence des compagnies à bas coûts. Mais l'heure est aux économies. Lors de son dernier exercice comptable, le groupe basé à Londres a vu sa valeur boursière fondre, l'action passant de 146 livres en mai à 23 livres fin 2018. Cette dégringolade a eu pour conséquence d'éjecter l'entreprise du FTSE-250, l'indice des valeurs moyennes de la Bourse de Londres. La faute à la vague de chaleur en Europe du Nord l'été dernier, ce qui a fortement pesé sur la billetterie du voyagiste. 

Tout pour le haut de gamme 

Malgré son année 2018 difficile, le groupe a dit avoir réalisé des progrès dans la gestion de ses coûts. Au premier trimestre de son exercice comptable 2018-2019, qui correspond à la période du 1er octobre au 31 décembre 2018, Thomas Cook a fait état d'une aggravation de sa perte opérationnelle sous-jacente, à 60 millions de livres (68 millions d'euros) contre 46 millions de livres l'année précédente à période comparable.Son chiffre d'affaires est resté quasi stable (+1%) à 1,656 milliard de livres (1,9 milliard d'euros). 

Thomas Cook a désormais "besoin de plus de flexibilité financière et de davantage de ressources pour accélérer sa stratégie" qui vise à investir dans ses hôtels, accélérer son passage au numérique et rendre son fonctionnement plus efficace. Le groupe se cherche donc une nouvelle stratégie dans le haut de gamme et, en trouvant des financements supplémentaires, il veut renforcer son offre d'hôtels de qualité supérieure y compris avec des établissements ouverts sous son propre nom. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect