Publicité

Marc Coucke: "La Réserve a tout le potentiel d'un cinq étoiles"

Eddy Walravens (au centre) cède sa Reserve à Marc Coucke (à gauche) et Bart Versluys (à droite). Il en conserve toutefois la gestion opérationnelle. ©James Arthur

Marc Coucke et le promoteur immobilier Bart Versluys rachètent "La Réserve" à Knokke. Objectif? Donner un second souffle à l'hôtel de luxe, actuellement doté de quatre étoiles.

Trois ans plus tard - dont bientôt deux d'une crise d'ampleur -, c'est désormais chose faite. La Réserve passe aux mains de l'homme d'affaires Marc Coucke et de son ami et partenaire Bart Versluys, promoteur immobilier bien connu à la Côte, a-t-on appris mardi.

Les deux hommes ont en effet racheté pour un montant inconnu le complexe aux 110 chambres (dont cinq suites), bar-restaurant, salle de congrès, diverses salles de réunion, centre de wellness et spa avec piscine intérieure via leurs sociétés d'investissement respectives, Alychlo et Scorpiaux.

Second souffle

Objectif? Donner un second souffle à ce lieu emblématique, investissement de quelque sept millions d'euros à la clé. Un coup de pouce qui doit permettre à l'hôtel, qui a accueilli à la grande époque des personnalités telles que Marlène Dietrich ou encore Frank Sinatra, de passer de 4 à 5 étoiles à moyen terme. Et Marc Coucke d'évoquer: "La Réserve en a tout le potentiel".

7
millions d'euros
Les nouveaux propriétaires investiront 7 millions d'euros pour améliorer l'offre actuelle.

Cette reconnaissance, outre l'aspect symbolique, permettrait surtout de voir le chiffre d'affaires gonfler vers les 9 à 10 millions d'euros (contre près de 6 millions pré-Covid) suite à l'augmentation des prix - et des marges - qui en découlerait, a fait savoir le vendeur, Eddy Walravens, qui reste à la barre opérationnelle du complexe.

Après tout, la clientèle peut se le permettre puisqu'il n’est "pas rare de voir un cheik arabe ou des VIP comme les filles de Bill Gates ou Bruce Springsteen passer un mois dans une des suites à 1.200 euros la nuit", nous confiait il y a quelques années encore l'épouse et associée d'alors de l'intéressé, Martine Van Thillo.

Nièce du magnat des médias Christian Van Thillo (DPG Media), cette dernière a depuis quitté l'aventure, marquée il y a dix ans notamment par un déménagement dans les murs actuels, fort d'un investissement de quelque 28 millions d'euros.

L'empire Coucke

Pour en revenir à Marc Coucke, l'opération est loin d'être une première dans le monde des loisirs. L'homme d'affaires est même un habitué du secteur avec ses 30% du parc animalier Pairi Daiza, ses 83% de l'opérateur néerlandais de pistes de ski indoor SnowWorld , ses 49% de la salle de spectacle De Witte Paard à Blankenberge, ou encore ses quelques pour cent depuis juin dernier de la Compagnie des Alpes , propriétaire des parcs d'attractions Walibi et Bellewaerde, entre autres, et premier opérateur de domaines skiables au monde. En parallèle, son nom est également devenu au sud du pays synonyme de Durbuy, de même qu'est désormais accolé, pour le meilleur comme pour le pire, au Sporting d'Anderlecht, où il détient une participation majoritaire.

De là à parler d'une marotte? Non, car ses investissements ne se limitent pas à un seul secteur. Marc Coucke est également à retrouver du côté du spécialiste liégeois de la contraception féminine Mithra  par exemple, de même que du spécialiste des préparations pharmaceutiques Fagron , de la plateforme suisse d'analyse génomique et d'imagerie Sophia Genetics, du groupe de construction Versluys, du spécialiste de l'immobilier logistique VGP , du spécialiste des kots étudiants, du promoteur Immobel  , du spécialiste de l'épuration industrielle Ekopak ou encore du concepteur de yachts Sea Group  aux côtés du célèbre créateur de mode Giorgio Armani.

3 questions à Eddy Walravens, vendeur de La Réserve

Pendant des années, vous avez tenu à distance les éventuels prédateurs. Qu'est-ce qui a changé?

J'ai parlé à de nombreux candidats mais qui, pour la plupart, n'offraient aucune valeur ajoutée. Cela faisait un moment que je réfléchissais avec Bart à une éventuelle vente, mais, lorsque Marc nous a également rejoints à la table, tout a soudain fait sens. Leur motivation, leur vision et leur dynamisme sont très contagieux. De plus, cet accord va permettre de surfer sur l'expérience et le réseau de Coucke et les connaissances et les magnifiques projets de Versluys.

Le secteur hôtelier a été frappé de plein fouet par la pandémie. Comment La Réserve a-t-elle traversé la crise?

Nous sommes restés ouverts presque tout le temps, avec un restaurant resté opérationnel en servant des repas en chambre. Une fois, nous avons atteint les 212 couverts en une soirée. De cette façon, nous avons encore pu atteindre un excédent brut d'exploitation (ebitda) d'environ 1 million d'euros.

Comment voyez-vous l'avenir désormais?

En rose. Je me sens bien, j'ai encore envie d'y aller. Je suis convaincu que les nouveaux propriétaires marqueront une étape réussie dans l'histoire de La Réserve.

Le résumé

  • Eddy Walravens cède sa Reserve à Marc Coucke et Bart Versluys; il en conserve toutefois la gestion opérationnelle.
  • Moyennant un investissement de 7 millions d'euros, le duo entend donner un nouveau souffle à l'hôtel emblématique de Knokke.
  • Objectif? Aller chercher une cinquième étoile, ce qui permettrait d'augmenter les prix - et les marges.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés