Des courtiers pour vendre des assurances voyages?

Hedy Hafsia, président de l'Upav. ©D.R.

Le président de l’Union professionnelle des agences de voyages l'annonce: une nouvelle loi devrait être votée, selon laquelle toute assurance sur les voyages doit passer par des courtiers en assurances.

Avec un nouveau président à sa tête, Hedy Hafsia (Your Travel), l’Union professionnelle des agences de voyages (Upav), l'association regroupant les agences francophones de Belgique, a tenu son congrès annuel sur les bords du Nil pour marquer son soutien aux autorités égyptiennes pour faire revivre le tourisme dans les zones touristiques. 

En marge de ce congrès, le président de l’Upav nous a révélé qu’une nouvelle loi devrait être votée, selon laquelle toute assurance sur les voyages doit passer par des courtiers en assurances: "Ceci est lié à une directive européenne sur des ‘’ventes accessoires importantes’’, dont la valeur doit encore être déterminée."

Pour résumer, la signature d’un contrat d’assurance (de rapatriement, par exemple) de plus de 200 euros devrait passer par un courtier ayant un diplôme d’assureur. On imagine la complexité du système à la fois pour le client et pour l’agence, les risques de désintérêt du voyageur devant l’obstacle (avec les dangers inhérents en cas de problème) et aussi les pertes financières pour le secteur du voyage.

Si on pousse le raisonnement plus loin, ce sont même les agences qui risquent de faire les frais du refus de voyageurs de s’assurer, car ce seront eux qui, selon la nouvelle directive des voyages à forfait, devront de toute façon régler les éventuels rapatriements et non les assureurs. Encore une bonne idée de cols blancs derrière leurs bureaux et sans prise sur le terrain.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n