Eric Domb s'offre le site de l'ex-sucrerie de Brugelette pour 3 millions

©Anthony Dehez

Le fondateur et patron de Pairi Daiza Eric Domb est désormais le propriétaire du site de l'ex-sucrerie de Cambron-Casteau, bordant justement le domaine animalier, pour 3 millions d'euros. Objectif: y créer un quartier vert.

Propriété de la Région wallonne, le site de l'ex-sucrerie de Cambron-Casteau vient d'être cédé à Eric Domb, fondateur et patron de Pairi Daiza, pour quelque 3 millions d'euros. Ce foncier de 45 hectares (dont 22 hectares de bassins) est limitrophe avec les propriétés progressivement remembrées par Eric Domb autour du domaine de Pairi Daiza (170 hectares). Les fonciers concernés appartenaient à la DG04 (Région wallonne) et l’opération a été pilotée par le ministre Carlo Di Antonio (cdH).

La vente publique, sans faculté de surenchère, a eu lieu ce mercredi matin. Jeudi matin, sur la coup de 10h30, le bourgmestre de Brugelette et Eric Domb signeront la convention de partenariat que nous dévoilions samedi dernier.

©Anthony Dehez

Pour rappel, Eric Domb a un projet, pour ce site, en partenariat avec la commune de Brugelettesur le territoire de laquelle se situe le chancre. Il s'agit d'y créer un "quartier nouveau". L’idée d’une agora citoyenne sera aussi appliquée, comme Eric Domb le propose déjà pour son projet de forêt différenciée en province de Luxembourg. La convention entre Pairi Daiza et la commune de Brugelette a récemment été approuvée à 90% par le conseil communal (plus une abstention). Du jamais vu!", se réjouit son initiateur.

Le gouvernement wallon a d’ailleurs entamé une procédure de révision du plan de secteur afin d’inscrire une zone d’enjeu régional sur et autour du site de Pairi Daiza. "Cette modification planologique permettra de pérenniser les activités existantes et de développer davantage les installations touristiques orientées sur la découverte de la faune et de la flore. Les extensions envisagées à ce stade sur le site devraient être pleinement réalisées à l’horizon 2021 et porter la capacité du parc à 3 millions de visiteurs et à 1.100 équivalents temps-plein d’ici 2025", stipule le préambule motivant le partenariat entre la commune et Pairi Daiza.

©Anthony Dehez

Quant aux bassins de décantation situés à l’est du site à réhabiliter en zones agricole, forestière, naturelle et d’espace vert, ils seront destinés "à la régénérescence de la biodiversité endémique et à la sensibilisation du public à leur intérêt environnemental". Leur tracé actuel sera préservé au maximum, l’urbanisation tirant profit de leurs qualités paysagères.

©Anthony Dehez


 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content