Grèves et austérité menacent Euro Disney

Euro Disney a réduit de 28% sa perte nette sur l'exercice 2009/201O grâce à la hausse des dépenses des visiteurs et une cession immobilière.

La société de parcs de loisirs Euro Disney a annoncé avoir réduit de 28% sa perte nette sur l'exercice 2009/201O (clos à fin septembre) à 39,9 millions d'euros. Elle a bénéficié d'une légère hausse des dépenses des visiteurs et la cession significative d'un actif immobilier.

Le chiffre d'affaires global a progressé de 3,7% à 1,27 milliard d'euros et celui des activités touristiques est quasi stable à 1,26 milliard d'euros.

La fréquentation des parcs à thèmes a diminué de 2,6% à 15 millions de visiteurs tandis que le taux d'occupation des hôtels a baissé de 1,9 point à 85,4%.

La bonne santé des marchés français, le premier avec 51,3% de visiteurs, mais aussi espagnol et italien, ont compensé partiellement le marché britannique (le 2e à 12%), qui a continué de souffrir, a précisé le patron d'Euro Disney, Philippe Gas.

Reste que les touristes ont globalement dépensé plus : 45,30 euros (+2,4%) pour les dépenses moyennes par visiteur et 209,78 euros (+4,2%) pour les dépenses moyennes par chambre. La hausse des dépenses des visiteurs était l'un des objectifs d'Euro Disney sur l'exercice alors qu'en 2009 priorité avait été donnée aux volumes, soutenus alors par des promotions plus fortes "dans un contexte fortement concurrentiel" lié à la crise, a précisé Gas.

L'exercice, selon lui, a été marqué par un premier semestre "compliqué" dû à l'impact de la crise, une vague de froid et des pannes d'Eurostar, et un second semestre marqué par "un rebond et une accélération des performances depuis mars" qui se poursuit "mois après mois".

L'exercice avait mal débuté pour Euro Disney avec un premier trimestre marqué par une fréquentation et un chiffre d'affaires en repli de 11% et un taux d'occupation des hôtels en baisse de 10 points.

Le deuxième semestre, marqué par l'arrivée d'une nouvelle génération Disney et l'ouverture en août des nouvelles attractions de Toys Story Playland, est même "le meilleur deuxième semestre depuis l'ouverture du parc" en terme de féquentation des parcs.

"La réduction de perte de 28% sur l'exercice c'est vraiment ce qu'on voulait avoir. Mais je serai content quand on sera profitable", selon Gas.

Pour 2010/2011, le président d'Euro Disney se montre "prudemment optimiste" et continue "à miser sur une reprise continue" de tous les indicateurs du groupe tant en terme de fréquentation que de dépenses. "On voit l'amélioration, mais il faut rester prudent quand on voit les perturbations sociales comme en France en octobre ou l'annonce du plan d'austérité en Grande-Bretagne", a-t-il ajouté.

La perte nette du groupe s'est en outre améliorée grâce à la vente fin juillet du terrain d'implantation du centre commercial du Val d'Europe, pôle économique et urbain dans l'est de Paris, pour un montant de 47 millions d'euros.

Le chiffre d'affaires du développement immobilier du groupe atteint ainsi 59,8 millions d'euros contre 17,9 millions d'euros lors de l'exercice précédent.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés