Publicité
Publicité

Intempéries: le tourisme wallon une nouvelle fois à la dérive

Sous eau, la ville de Spa devait accueillir le festival des Belgofolies lundi. ©AFP

La montée des eaux suite aux intempéries a mis de multiples attractions touristiques wallonnes à l'arrêt après, déjà, des mois de pandémie. À Spa, les Belgofolies sont menacées.

Le qualificatif historique peut s'appliquer d'ores et déjà aux crues qui touchent depuis mercredi la Wallonie. Stéphanie Ernoux, porte-parole aux voies hydrauliques du Service Public de Wallonie (SPW), précise qu'en province de Liège, on n'avait plus connu cela depuis les années 1990.

Une sacrée tuile pour le secteur touristique wallon, alors qu'un Belge sur trois avait annoncé qu'il passerait ses vacances au pays cette année.

"Dois-je renoncer parce qu'un drame chasse l'autre? C'est compliqué."
Charles Gardier
Organisateur des Francofolies de Spa

Les Belgofolies menacées

Après l'annulation en 2020, les Francofolies, rebaptisées Belgofolies, devaient ainsi s'ouvrir lundi à Spa.

Leur organisateur, Charles Gardier, affirme être sur une autre planète. "Je n'ai pas dormi depuis 24 heures et je ne sais au final pas comment réagir.  Je suis entre le besoin d'être à côté de la communauté des artistes sinistrée depuis des mois et le drame que vit toute la région. Dois-je renoncer parce qu'un drame chasse l'autre? C'est compliqué."

"Normalement, nous faisons sur les 6 semaines estivales 75% de notre chiffre d'affaires annuel."
Sven Van den Kerkhof
Porte-parole de Plopsa Coo

Une décision sur le déroulé du festival est donc attendue dans les prochains jours.

"Tout est sous eau"

"Normalement, nous faisons sur les 6 semaines estivales 75% de notre chiffre d'affaires annuel." Sven Van den Kerkhof, porte-parole de Plopsa Coo, ne cache pas son désarroi. "Mercredi, nous avons fermé le parc à 14h, car le parking risquait d'être inondé. Ce matin, l'eau est partout: dans le magasin, dans le restaurant, dans les cuisines, dans les attractions. Certaines cabines électriques sont aussi sous eau." Le parc restera fermé jusqu’à vendredi, précise Plo.

150.000
euros
Avec 2.500 à 3.000 visiteurs par jour, Plopsa Coo chiffre son manque à gagner à 150.000, voire 200.000 euros par jour.

Avec 2.500 à 3.000 visiteurs par jour, Plopsa Coo chiffre son manque à gagner à 150.000 voire 200.000 euros par jour. Heureusement, le site wallon fait partie d'un grand groupe aux reins suffisamment solides. "Mercredi, alors que nous fermions Coo, notre site de La Panne faisait, grâce au ciel bleu, le maximum de sa capacité covid avec une belle nocturne en prime."

Une nouvelle tuile après le covid

À Han-sur-Lesse, Brigitte Malou, CEO du domaine des grottes éponyme, salue les travaux faits dans le village et qui permettent désormais d'y garder les pieds au sec, ce qui n'est pas le cas du domaine. "Nous avons à ce jour un niveau d'eau jamais vu. La Lesse est sortie de son lit et a envahi le parc et les grottes. Mais nous sommes habitués à cela."

Si les inondations du parc de Han sont légion, le fait qu'elles surviennent en été est plus surprenant et ajoute encore une couche à une période difficile. "Nous étions en grosse perte en 2020 et espérions la réduire." Chaque jour de fermeture ampute le domaine des Grottes de Han de quelque 80.000 euros de revenus.

"Si quelqu'un a encore une serpillière...", twittait Marc Coucke avec des photos de Durbuy totalement inondé. "C'est une catastrophe ici aussi." Son hôtel, Le Sanglier des Ardennes, se trouve désormais les pieds dans l'Ourthe.

A contrario, le parc Adventure Valley Durbuy a rouvert ses portes après une journée de fermeture. Toutes les attractions ne sont cependant pas accessibles et les crues compliquent aussi l'arrivée au parc.

Walibi et Aqualibi avaient ouvert normalement jeudi en matinée, mais le parc a annoncé à la mi-journée sa fermeture à cause des chutes de pluie exceptionnelles. Alors que Wavre était vendredi sous eau, le parc annonçait la fermeture jusqu'à nouvel ordre. "L’ampleur des dégâts est conséquente et ne permet pas, à l’heure actuelle, d’envisager une réouverture rapide."

Demain, un autre jour

Et puis il y a les optimistes. Ceux qui préfèrent voir le verre à moitié rempli. Le gestionnaire de Semois Kayaks est aussi à l'arrêt forcé au moins jusqu'à lundi, le temps de permettre la décrue.

Le manque à gagner suite à ces journées manquées pourrait être compensé dès la semaine prochaine avec le retour du beau temps et des touristes.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés