La famille Cigrang s'offre une île en Espagne

©Vladi Private Islands

La famille belge d'entrepreneurs, les Cigrang, s'offre une île espagnole pour quelque 18 millions d'euros.

S'Espalmador. Ce nom ne vous dit peut-être rien, mais demandez à Paris Hilton ou au couple princier Kate et William et ils vous raconteront leurs dernières vacances sur cette petite île coincée entre Formentera et Ibiza au sein de l'archipel des Îles Baléares.

©doc

Eh bien, désormais, ce petit bout de paradis, haut lieu touristique, prendra des accents belges. Les Cigrang, famille anversoise propriétaire de la société de transport maritime, Cobelfret (installée au Luxembourg), mais également actionnaire important de la banque Degroof-Petercam, s'est offert l'île pour 18 millions d'euros.

L'île court sur 3 kilomètres de long pour 800 mètres de large, soit quelque 135 hectares. Elle compte deux maisons, une chapelle et un phare. Par marée basse, il est possible de rejoindre à pied Formentera.

S'Espalmador est très connu de la jetset qui mouille ses yachts dans la baie afin de profiter des bains de boue sur l'île. Chaque année, ce sont ainsi des milliers de touristes qui envahissent l'île la journée avant de retourner passer les nuits dans les clubs d'Ibiza.

Jusqu'au mois dernier S'Espalmador était la propriété de l'architecte catalan Norman Cinnamond et sa soeur. Tous deux tentaient depuis de nombreuses années de trouver un acquéreur à ce lopin de terre acheté par leur grand-père en 1932 quelque 42.500 pesetas, soit 255 euros.

En 2005, elle avait une première fois été mise en vente pour 24 millions d'euros. La famille Cinnamond s'était notamment tournée vers les autorités locales de Formentera qui avaient jugé le prix trop élevé et avait refusé l'acquisition. En mars dernier, la famille s'était mise en quête d'acheteurs privés, mais sans succès. La roue a tourné.

©doc

Les frères Christian, Jean-Philippe, Pierre et Michel Cigrang ont remporté les enchères. Le prix moindre proposé par les Anversois s'explique notamment par le fait que l'île est frappée par une interdiction de bâtir. L'île est en effet protégée. Les Cigrang devront donc se contenter des habitations présentes. L'une d'elles, située sur la plage de Majoral, est la plus petite. Elle dispose toutefois de quatre chambres et d'une salle de bain. La seconde villa, S'Alga, est située sur la plage principale. Plus luxueuse, elle compte douze chambres, huit salles de bains, trois terrasses.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content