Le tourisme mondial retrouve son niveau d'avant-crise

Pour l’OMT, la rapide reprise du secteur prouve que le tourisme est un moteur essentiel de la croissance et de la création d’emplois

Économies émergentes en tête, toutes les régions du globe ont enregistré une croissance des arrivées de touristes internationaux au cours des huit derniers mois. Alors que 2009 s’était révélée l’une des années les plus noires sous l’effet de la crise (avec une baisse de 4,2% des arrivées) le secteur touristique enregistre cette année une croissance bien réelle. Il devrait même battre des records d’ici la fin de 2010 selon l’Organisation mondiale du tourisme (OMT).

Plus de touristes, moins de dépenses

À l’échelle mondiale, le nombre d’arrivées de touristes internationaux a crû de 7&flexSpace;% sur les huit derniers mois. "Cela représente un million de touristes en plus que le record de 2008 à la même période", indique l’OMT dans son communiqué. La croissance a surtout été tirée par les marchés émergents, particulièrement la zone Moyen-Orient (+16%) et l’Asie-Pacifique (+14%). "L’Asie-Pacifique a fait preuve d’une grande capacité de rebond. La région, première frappée par la crise, a été la première à montrer des signes de reprise", rappelle l’OMT.

Le Vieux Continent (+3%) se ressaisit plus lentement parce que "la reprise y est inégale et parce qu’elle essuie les retombées de l’éruption volcanique du mois d’avril". L’Europe du Nord (-3%) est d’ailleurs la seule sous-région du monde qui continue à afficher encore des résultats négatifs. Aux Amériques (+8%), la hausse a été importante en Amérique du Nord et en Amérique centrale (+9% pour les deux).

Si le nombre de touristes internationaux a bel et bien augmenté, les recettes, elles, progressent beaucoup moins vite. Et la remarque est équivalente pour les dépenses touristiques des principaux marchés émetteurs. Les dépenses réelles à l’étranger enregistrent ainsi des hausses modestes en Allemagne (+1,5%), aux Etats-Unis (+2,5%) ou en France (+3%). En revanche, elles grimpent de 22% pour la Chine et de 54% pour le Brésil.

5% à 6% en 2010

Pour le secrétaire général de l’OMT, Taleb Rifai, ces résultats montrent néanmoins à suffisance le dynamisme du secteur et sa contribution à l’économie. Il a, une nouvelle fois, appelé les gouvernements du monde entier à "réserver une place plus grande au tourisme sur leur agenda car le secteur peut contribuer à la réalisation d’objectifs communs comme la création d’emplois". Dans la foulée, l’OMT a également réitéré ses inquiétudes sur le taux élevé de chômage, les mesures d’austérité et l’augmentation de taxes appliquées dans plusieurs économies avancées afin de réduire la dette publique. "Ces entraves nuisent fortement à notre capacité de créer des emplois et de stimuler la croissance économique, capacité que donnent des recettes d’exportations essentielles à la stabilité de la reprise économique", a commenté Rifai.

En tenant compte de ces risques et si la tendance actuelle se poursuit, l’OMT estime que le nombre d’arrivées de touristes internationaux devrait ressortir en hausse de 5 à 6% sur l’ensemble de l’année, ce qui correspond un gain de 50 millions par rapport à 2009 et, mieux encore, de 10 millions par rapport au total enregistré en 2008 avant la crise. Pour 2011, les premières estimations tablent sur une croissance continue, à un rythme modéré et proche de la moyenne de long terme, soit une fourchette de 4 à 5%.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés