Les hôtels de luxe à Paris baissent leurs prix

©ritz

Suite à la baisse "sans précédent" du tourisme à Paris après les différentes attaques terroristes, les hôtels ont décidé de diminuer le prix de leurs nuitées.

Le prix des nuitées dans les hôtels 5 étoiles à Paris ont chuté de 25 à 45% au premier semestre, selon François Navarro, directeur général du Comité régional du tourisme (CRT). Les hôtels en général affichent une baisse de 8,5%. Mais malgré cet effort, le ministre des Affaires étrangères et du Tourisme Jean-Marc Ayrault estime que les prix restent trop élevés vu le contexte. Et en effet, les hôtels parisiens ont enregistré une baisse de 11,4% des nuitées, ce qui a amaigri le chiffre d'affaire du secteur d'un milliard d'euros depuis le mois de janvier. A noter que quelque 500.000 emplois sont liés au tourisme en Ile-de-France, ce qui en fait la plus grosse industrie de la région.

"Il est temps de prendre conscience de la catastrophe industrielle que le secteur du tourisme est en train de vivre."
Frédéric Valletoux
Président du CRT

Il faut dire que la capitale française a désormais une mauvaise réputation à l'étranger, liée principalement aux attentats, mais également à la sécurité en général, aux grèves à répétition ou aux intempéries. Pour Jean-Marc Ayrault, "les attentats expliquent en partie ces tendances décevantes", et "la perception du risque sécuritaire a eu une influence nette sur certaines clientèles, notamment les plus aisées, ou celles originaires d'Asie", sans oublier les difficultés économiques en Russie ou au Brésil. 

Pour l'ensemble de la France, le tourisme a chuté de 7% depuis le début de l'année. La région parisienne et la Côte d'Azur sont les premières touchées. "Tous les clignotants sont au rouge!", s'est alarmé Frédéric Valletoux, président du CRT.

Relever la tête

Jean-Marc Ayrault, qui avait présenté en mars un plan doté d'un million d'euros pour promouvoir la France à l'étranger après les attentats de 2015, a annoncé qu'il allait "mobiliser 500.000 euros additionnels" au profit de ce programme piloté par Atout France, pour couvrir notamment la Côte d'Azur. "L'heure n'est plus aux campagnes de communication mais bel et bien à la mise en place d'un plan ORSEC (système de gestion de crise, ndlr)", estime toutefois Frédéric Valletoux.

Le chef de la diplomatie française a en outre indiqué qu'il réunirait "début septembre" un nouveau comité d'urgence économique du tourisme, "consacré aux régions les plus affectées" par cette baisse, avant de proposer d'éventuelles mesures supplémentaires. Il souhaite en effet disposer de "statistiques précises", car la situation est "très contrastée" et certaines régions "s'en sortent très bien", a-t-il souligné.

• L'Euro 2016 a entraîné des taux de remplissage record des hôtels dans certaines villes-hôtes, leur chiffre d'affaires ayant grimpé de 70% à Lens, Lille ou Saint-Etienne.
• Le festival d'Avignon a attiré 6,5% de visiteurs en plus.
• Les Francofolies de la Rochelle ont vu le nombre de visiteurs augmenter de 32%.
• Les parcs d'attraction ont progressé de 2% après une année 2015 "record". 
• Les campings ont gagné 8%.

Enfin, pour tenter de renverser la tendance, la région parisienne a lancé en juin un "fonds pour une région propre" d'un million d'euros et a mis en place un "bouclier de sécurité" de 20 millions d'euros. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés