Pairi Daiza poursuit ses investissements à marche forcée

©Kristof Vadino

Au cours de son exercice 2018-2019, à l’issue duquel son chiffre d’affaires a grimpé de 9%, le parc animalier a encore investi 52 millions d’euros. Dans les 5 à 7 années à venir, il veut en ajouter plus de 300 pour soutenir son expansion.

Pairi Daiza poursuit sa croissance. À l’issue de son exercice décalé 2018-2019, clôturé le 31 mars dernier, le parc animalier de Brugelette a vu son chiffre d’affaires grimper de 9% à 70,2 millions d’euros, selon les données dont L’Echo a pu prendre connaissance. La fréquentation, qui a frôlé les 2 millions de visiteurs, n’a pourtant augmenté que de 4%, alors que le prix moyen du ticket n’a pratiquement pas augmenté. Le visiteur dépense donc davantage dans les restaurants et les boutiques du site hennuyer.

"Les frais d’exploitation augmentent proportionnellement plus que le chiffre d’affaires car le parc ne cesse de grandir."
Yvan Moreau
CFO de Pairi Daiza

Dans le même temps, les coûts du parc sont en hausse, passant de 56,8 à 60,1 millions d’euros. Ainsi les services et bien divers ont augmenté de 16% (19,5 millions) et les salaires de 23% (13 millions). "Les frais d’exploitation augmentent proportionnellement plus que le chiffre d’affaires car le parc ne cesse de grandir", souligne Yvan Moreau, le CFO de Pairi Daiza.

Malgré tout, le résultat d’exploitation a bondi de 27% à 11,1 millions d’euros. Ce que chez Pairi Daiza, on explique par un recul de 5% des amortissements, dû à l’absence de mise en service d’investissements importants lors de l’exercice. Les produits financiers ont nettement reculé, passant de 3,7 millions à 641.000 euros. Cela s’explique par le fait que lors de l’exercice précédent, l’entreprise a rattrapé plusieurs années de prises en revenus de subsides en capital (primes à l’investissement, à la création d’emplois…). Ceci a entraîné un recul du bénéfice net de 11% à 7 millions.

Nouveaux mondes

"Tout cela n’est pas le fruit du hasard, relève Yvan Moreau. Depuis l’arrivée des pandas en 2014, nous avons investi 150 millions d’euros dans le parc alors que durant la même période, le total des bénéfices s’est élevé à 28 millions. On réinvestit donc cinq fois plus que ce que l’on gagne."

"Lors des cinq années à venir, nous allons encore investir plus de 300 millions d’euros, ce qui fait de Pairi Daiza le plus gros investisseur de Wallonie."
Yvan Moreau

Lors de l’exercice écoulé, Pairi Daiza a encore débloqué 52 millions d’euros, notamment dans le lancement des deux chantiers d’envergure visant à ériger deux "nouveaux mondes": "The Last Frontier" (inauguré en juin dernier), dédié à la Colombie britannique et doté de la première offre hôtelière du parc, et "La Terre du Froid", dont les hôtels devraient être opérationnels au printemps prochain. "Lors des cinq années à venir, nous allons encore investir plus de 300 millions d’euros, ce qui fait de Pairi Daiza le plus gros investisseur de Wallonie", poursuit le CFO.

L’emploi suit la même courbe. La première attraction touristique de Wallonie met au travail 400 équivalents temps plein, saisonniers et étudiants compris, nombre qu’elle envisage de tripler à un horizon de cinq à sept ans en raison du développement du parc, de l’horeca et de l’offre hôtelière très gourmands en main-d’œuvre.

Dette en hausse

©Photo News

Conséquence de ces gros investissements, la dette a fortement augmenté durant le dernier exercice, passant de 86 à près de 134 millions d’euros. "Tous les cashflows sont dédiés à cela et nos banquiers nous suivent toujours", rassure Yvan Moreau

Pour l’exercice en cours, Pairi Daiza ne fait pas de pronostic, même s’il est acquis que la barre des 2 millions de visiteurs a été franchie l’été dernier, grâce notamment à l’ouverture de "The Last Frontier". "Pour la première fois, le parc va ouvrir trois semaines durant les fêtes de fin d’année (du 14 décembre au 5 janvier, NDLR); nous n’avons pas d’expérience d’accueil du public en hiver, on ne sait donc pas ce que cela va donner, je préfère donc rester prudent."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect