analyse

2021 ne s'annonce pas meilleur que 2020 pour les voyageurs

Les Belges réservent leur voyage à la toute dernière minute pour éviter les surprises ©Photo News

Certains espèrent que les voyages vont pouvoir reprendre de plus belle grâce aux vaccins anti-Covid. C’est pourtant très mal parti pour cette année.

Les premiers chiffres de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT) font état d’une diminution des arrivées internationales de 70 à 75% pour l’année 2020. Si tel est le cas, il s’agira d’un retour de trente ans en arrière, avec un milliard d’arrivées en moins et une perte de quelque 1.100 milliards de dollars de recettes touristiques mondiales, avec un effet évalué à 2.000 milliards de dollars en moins pour le PIB mondial.

Partir pour la Guadeloupe (une des seules zones orange) est une option, mais s’il faut rester sept jours en quarantaine, comme c’est obligatoire depuis le 18 janvier, cela devient nettement moins attrayant.

Dans ces conditions, tout le monde s’interroge sur l’année en cours, surtout dans la perspective des premières vaccinations. Mais là où certains estiment que le "besoin de voyager" est perceptible (ce qui est exact, selon les voyagistes), d’autres vont jusqu’à prédire un boom des réservations dès les premières vaccinations. Et là, ça devient beaucoup plus douteux, car la question de base demeure: où aller et dans quelles conditions?

Partir pour la Guadeloupe (une des seules zones orange) est une option, mais s’il faut rester sept jours en quarantaine, comme c’est obligatoire depuis le 18 janvier, cela devient nettement moins attrayant et les annulations se multiplient. Air Belgium qui était la seule compagnie à desservir la Guadeloupe et la Martinique depuis Charleroi s’est résolue à supprimer tous ses vols vers les Antilles durant le mois de février. Donc, si on n’est sûr de rien, comment planifier?

Un "besoin vital essentiel"

Selon le World Travel and Tourism Council (WTTC), 70% de la population belge considère le voyage comme un "besoin vital essentiel". Mais le constat des associations professionnelles est amer: les Belges réservent à la toute dernière minute pour éviter les surprises. Et malgré cela, il y en a quand même parce que les gouvernements prennent des mesures sans préavis. Le meilleur exemple est la décision prise ce vendredi par le Comité de concertation d’interdire les voyages "non essentiels", donc de loisirs, au moins jusqu'à la fin des vacances de carnaval.

Rebelote pour les agents de voyages: réservations, annulations, remboursements (y compris leurs commissions), tout ça pour zéro euro! Et redoublement de méfiance pour la clientèle, cette fois pour les grandes vacances. Sauf pour un certain nombre.

74%
des touristes
Selon Booking.com, 74% des touristes sont attentifs aux conditions d’annulation, aux procédures de remboursement et aux assurances proposées.

Mot d'ordre: flexibilité

"Il est incontestable que beaucoup de Belges planifient leurs vacances, mais ce sont ceux qui disposent de bons à valoir dont l’échéance se rapproche", nous dit un agent de voyage. Lequel regrette au passage l’incitation de Test-Achats à activer ces vouchers, quitte à annuler le voyage ultérieurement, parce que les conditions de villégiature ne sont pas optimales: "Cela nous fera de nouveau deux fois du travail pour des prunes", se lamente-t-il.

Du reste, c’est un symptôme bien visible. Selon Booking.com, 74% des touristes sont attentifs aux conditions d’annulation, aux procédures de remboursement et aux assurances proposées. Le mot d’ordre de tous les prestataires de service est la flexibilité.

Moins de voyages lointains

Autre phénomène, les voyages lointains perdent leur attrait. Il faut dire que le gouvernement belge ne fait rien pour les favoriser. Selon le bureau d’études Glenaki Tourism Consultancy, les vacances proches – et essentiellement en Belgique – ont la cote pour les vacances de Pâques et même les grandes vacances, surtout les maisons individuelles familiales. Ici, attendre la dernière minute risque d’être pénalisant.

"Ceux qui n’avaient pas d’agent de voyage en 2020 l’ont probablement regretté."
Amadeus
Bureau de réservations professionnelles

Constat identique du bureau Sound of C, qui estime que les voyages individuels connaîtront une progression. Des voyages en famille, avec sa propre voiture ou une voiture de location dans un périmètre limité. Cela dit, tous les spécialistes insistent sur un point: il vaut mieux s’adresser aux voyagistes pour organiser ces déplacements plutôt que de "jouer les plus malins sur internet".

Comme l’écrit le bureau de réservations (professionnelles) par ordinateur (GDS) Amadeus dans son dernier rapport, "ceux qui n’avaient pas d’agent de voyage en 2020 l’ont probablement regretté".

Quid pour 2021?

Alors, en définitive, que nous réserve 2021? Il serait honnête de dire qu’on n’en sait rien, tellement les paramètres et soubresauts sont nombreux. Les changements perpétuels et inopinés de conditions de voyage au départ comme à l’arrivée, les risques de quarantaine (les croisiéristes souffrent beaucoup), l’inconfort du masque sur vols long-courriers, et nous en passons, risquent de freiner les ardeurs de ceux qui ont envie de voyager – et c’est vrai qu’ils sont nombreux.

Alors dire que 2021 sera l’année de la reprise est très optimiste. En fait, parti comme c’est parti, 2021 risque fort de ressembler à 2020.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés