20% des trains sont en retard "même quand tout va bien"

©Photo News

Pour améliorer la ponctualité des trains, leurs temps de parcours seront légèrement augmenté, a indiqué Jo Cornu. Il a aussi promis une meilleure collaboration avec Infrabel.

Environ 21% des retards constatés sur le rail, dans le cadre de l'actuel plan de transport, surviennent malgré l'absence de toute perturbation (avaries, incidents, collisions, conditions climatiques extrêmes, etc.) sur le réseau ferroviaire, a indiqué le nouvel administrateur délégué de la SNCB, Jo Cornu, mardi devant la Commission Infrastructure de la Chambre des représentants.

Ces retards peuvent notamment s'expliquer par le fait que l'actuel plan de transport, datant de 1998, est dépassé dans les faits et par la forte croissance (+70%) du nombre de voyageurs depuis 1998.

Les nouvelles mesures et procédures de sécurité, non prévues à l'origine de l'actuel plan de transport, peuvent ainsi entraîner des retards, tout comme les mouvements de voyageurs, plus nombreux. "Il faut plus de temps dans certaines gares pour monter ou descendre du train. Par exemple, à Bruxelles-Central, le temps d'arrêt a été légèrement augmenté dans le nouveau plan de transport", a expliqué M. Cornu.

Une collaboration non optimale entre la SNCB et Infrabel sur le terrain ou un manque de discipline dans l'exécution du service peuvent aussi expliquer certains délais. Selon le CEO de la SNCB, "75% des trains partent avec une minute de retard et 25% avec trois minutes de retard. Simplement pour une question de discipline". Par ailleurs, les incidents avec le matériel roulant représentent, selon les estimations, 25% des retards.

On apporte des solutions

Le nouveau plan de transport de la SNCB, qui doit entrer en vigueur en décembre 2014, devrait mieux répondre à la demande et améliorer la ponctualité sur le rail mais les temps de parcours augmenteront légèrement, ressort-il des grandes lignes de ce nouveau plan de transport présentées mardi à la Chambre par le nouvel administrateur délégué de la SNCB.

Jozef Cornu a également promis qu'il veillera à une meilleure collaboration entre la SNCB et Infrabel, le gestionnaire du réseau ferroviaire, ce qui devrait aussi permettre d'apporter une partie de solution au problème récurrent de la ponctualité, a-t-il déclaré mardi devant la Commission Infrastructure de la Chambre des représentants.

 "La collaboration entre la SNCB et Infrabel doit être fortement améliorée tant au sommet qu'au niveau local, dans les gares. Il faut arriver à ce que les gens collaborent à nouveau ensemble. Nous avons lancé un signal fort et nous allons continuer à la faire", a-t-il promis.

Le nouveau plan de transport, qui s'appliquera pour une période de trois ans, vise à remplacer l'actuel plan, qui date de 1998 et est dépassé dans les faits, notamment en raison de la forte hausse du nombre de voyageurs ou de la mise en place de nouvelles procédures de sécurité.

Le plan de transport en cours de finalisation doit permettre d'améliorer la ponctualité des trains, problème récurrent sur le rail belge, via, entre autres, des horaires cadencés, une meilleure prise en compte des ralentissements dus aux travaux, des temps de parcours plus réalistes, une plus grande standardisation du matériel ou encore une attention accrue pour les correspondances.

Le CEO de la SNCB a toutefois laissé entendre que des itinéraires seront "légèrement" augmentés. "La vitesse commerciale moyenne de tous les trains va diminuer de moins de 1% mais quand les travaux seront finis, la vitesse augmentera de 1 à 2%. Les effets seront un peu plus grands sur les 100 relations les plus importantes, avec un allongement de la durée moyenne de 3,3%, ce qui fait qu'un trajet de 60 minutes passera à 62 minutes", a-t-il expliqué.

Le nouveau plan de transport, élaboré sur base d'"une étude approfondie de la fréquentation", sera en outre mieux adapté à la demande de mobilité, a selon M. Cornu.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés