Action syndicale sur le rail le 12 décembre

Même si elle sera "light", l'action du 12 décembre aura sans doute des conséquences sur le trafic ferroviaire étant donné qu'une partie du personnel de la SNCB y participera. ©jonas lampens

C'est toujours l'impasse dans les négociations entre les syndicats et la direction de la SNCB au sujet de l'accord social réglant notamment la question du temps de travail. Les syndicats ont ainsi décidé en front commun de mener une action le jeudi 12 décembre. HR Rail, l'employeur des cheminots, n'accepte pas le préavis de grève.

La tension monte d'un cran entre la direction et les représentants du personnel de la SNCB. Les syndicats ont quitté la table des négociations après une nouvelle rencontre au sommet pour avancer sur l'accord social couvrant la période 2020-2022. La CGSP-Cheminots, le SLFP et la CSC Transcom s'opposent toujours au projet de la direction.

Les syndicats avaient déjà rejeté le protocole d'accord la semaine dernière. Ils avaient laissé une semaine aux responsables de la société ferroviaire pour trouver une réponse claire et concrète à leurs revendications. Les tractations butent sur la hausse salariale de 1,1% demandée par le personnel et le maintien des 36 heures pour l'ensemble des équipes.  

Une première action "light" en front commun 

L'action aura des conséquences sur le trafic ferroviaire. Nous déposons un préavis de grève afin que les travailleurs aient la possibilité de participer à l'action.
Ludo Sempels
Permanent au syndicat ACOD

Les syndicats organiseront une première action pour marquer leur mécontentement le jeudi 12 décembre. Il s'agira d'une concentration de cheminots devant le siège d'HR Rail à Bruxelles, a précisé ce vendredi Marianne Lerouge, responsable générale secteur rail CSC-Transcom. "Nous voulons encore donner une chance pour que nos revendications soient acceptées par la direction d'ici là. Le protocole d'accord contient des éléments imbuvables pour nous. Des éléments qui pèsent notamment sur la sécurité des travailleurs et des passagers", a souligné la syndicaliste. "La direction refuse de répondre à nos principales revendications".

Selon Ludo Sempels du syndicat flamand ACOD, pendant flamand de la CGSP, l'action "aura des conséquences sur le trafic ferroviaire. Nous déposons un préavis de grève afin que les travailleurs aient la possibilité de participer à l'action", précise-t-il. "Nous appelons les travailleurs à participer", a dit pour sa part Luc Piens du syndicat chrétien flamand.  

Outre les deux principaux syndicats du Rail, le SLFP dépose a aussi déposé un préavis de grève, estimant que "le dialogue est rompu". "Comme à son habitude, la direction propose une multitude de points dans le protocole d'accord social afin de faire passer ce qui l'intéresse réellement. Nous ne tomberons pas dans ce piège grossier. Ce protocole est tout bonnement imbuvable dans son intégralité. De plus, force est de constater que la direction ne se rend pas compte de la réalité du terrain et des conditions de travail de plus en plus difficiles des cheminots", indique le syndicat libéral de la fonction publique. 

HR Rail n'accepte pas le préavis de grève

La direction et les syndicats se retrouveront vraisemblablement autour de la table la semaine prochaine. Le service minimum sera d'application en raison d'un dépôt de préavis couvrant les travailleurs du  11 décembre à 22h00 jusqu'à 22h00 le 12 décembre.  

Mais la tension est encore vive entre direction et syndicats. L'employeur des cheminots, HR Rail, a indiqué ne pas pouvoir "accepter le préavis de grève, qui ne respecte pas la procédure prévue. Cette procédure prévoit que tous les outils de conciliation doivent être mis en œuvre avant de lancer des actions de grève qui ont un grand impact sur nos clients".

"Nous estimons irresponsable de lancer des actions alors qu'un gouvernement est en cours de formation; gouvernement qui devra entre autres s'exprimer sur une vision future de la mobilité. Nous craignons que ceci ne mette en péril le futur des activités et de l'emploi au sein des Chemins de fer belges pour leurs collaborateurs existants et futurs", souligne encore HR Rail.    

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect