Le transport par mer, rail et route sur les dents

Lineas bénéficie pour l'instant d'un effet route-rail, mais encaissera les suspensions de production de clients industriels. ©Lineas

Le transport de marchandises par rail offre une solution relativement sûre en termes sanitaires. Mais il sera tout de même impacté, témoigne Lineas. Le port d'Anvers va continuer à tourner à fond. Les camionneurs multiplient les mesures.

Le port d'Anvers, poumon économique de la Belgique et de l'Europe entière, reste entièrement opérationnel. "La chaîne logistique et l'approvisionnement du pays sont ainsi sécurisés", écrit son exploitant dans un communiqué. Sur le terrain, le personnel appliquera les mesures classiques telles que la distanciation et, quand c'est possible, le télétravail. Les commerces de la zone portuaire, eux, seront fermés, mais les infrastructures essentielles resteront ouvertes: ce sera le cas des stations-service et des fournisseurs de carburant, par exemple.

En aval, le transport de marchandises par rail est sans doute le mode de transport le plus sûr aujourd'hui, parce qu'il requiert peu de relations entre personnes. Lineas, la société de fret ferroviaire belge qui a été privatisée après avoir été longtemps une filiale de la SNCB (B Cargo), bénéficie pour l'instant du déplacement d'une partie des volumes de fret routier vers le rail. Les camions rencontrent de plus en plus de difficultés aux frontières en Europe, en raison des embouteillages qui se créent suite aux mesures de fermeture partielle.

quand c'est possible, certains commanditaires passent de la route au rail.

Et du coup, quand c'est possible, certains commanditaires passent de la route au rail. "Mais ce n'est praticable que pour les conteneurs", précise Raphaël de Visser, le responsable de la communication chez Lineas. "Et cela ne compensera pas entièrement l'impact négatif que l'on va subir du fait de nos clients industriels qui suspendent leurs activités."

Gestionnaires de réseau fragiles

"Les gestionnaires du rail ne sont plus en mesure de garantir l'accès à 100% à leur réseau."
Raphaël de Visser
responsable communication, Lineas

Comme la plupart des autres sociétés restées opérationnelles, Lineas enjoint à tous ses employés en mesure de télétravailler de le faire. "Il en reste beaucoup sur le terrain, ajoute de Visser: surtout desconducteurs de train et des coordinateurs logistiques dans les gares. Mais ils appliquent de nouvelles mesures de précaution, telles que la désinfection des locomotives, et dans leurs fonctions ils entrent en contact avec peu de gens."

Si le transport de fret par rail va continuer à fonctionner à travers le continent, il subira lui aussi un impact important du fait de la crise. Outre les clients qui cessent de produire et donc de faire transporter, le secteur doit également composer avec les gestionnaires de réseau, tel Infrabel en Belgique. "Ils ne sont plus en mesure de garantir l'accès à 100% à leur réseau, explique Raphaël de Visser, parce qu'ils commencent à enregistrer beaucoup d'absentéisme." En France, on parle déjà d'un accès réduit à 85%.

Route: Stef et Jost préventifs

Quant au transport routier, il applique lui aussi les mesures imposées par les autorités et les entreprises du secteur en font souvent plus, à l'instar du groupe Jost, dont le service de prévention est sur le qui-vive, ou de son concurrent Stef. Ce dernier organise des tournantes pour les fonctions critiques. Tous deux ont interdit l'accès à leurs bâtiments aux personnes externes et renforcé les mesures d'hygiène et de nettoyage. Stef, qui est spécialisé dans le transport des produits alimentaires, fait tourner ses camions à plein régime puisqu'il fournit un débouché prioritaire.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés