Signaux au vert sur le chantier de la jonction Nord-Midi

©BELGA

On souffle à la SNCB et chez Infrabel, les travaux sur la plus importante jonction ferroviaire belge se passent bien. Le retour à la normale pour le 12 novembre semble se confirmer.

Que les navetteurs qui pestent sur le service réduit à la SNCB se rassurent. Les signaux sont au vert sur le rail belge. Il nous revient d’Infrabel que les travaux du week-end dernier sur la jonction Nord-Midi se sont bien passés. Les 65 signaux de signalisation qui devaient être remplacés, l’ont été. Il fallait aussi installer 90 nouveaux aiguillages, "les équipes ont été au-delà du planning en ont finalement installés 130", nous dit Arnaud Reymann, porte-parole d’Infrabel.

Cela ne va pas permettre de revenir plus vite à la normale dans la circulation des trains, mais "la robustesse du plan de transport est garantie", pointe Arnaud Reymann. Pour rappel, le chantier s’étale du 14 octobre au 11 novembre avec deux phases intensives pendant les deux longs week-ends de ce mois. La phase 2 du chantier était cruciale chez Infrabel. 300 personnes étaient mobilisées 24h/24 le week-end dernier. Comme cette phase s’est bien passée, les trains peuvent donc rouler à 50% de capacité cette semaine.

L’autre bonne nouvelle, est qu’après trois pics d’utilisation du rail, les systèmes digitaux n’ont pas connu de souci. On ne cache pas chez Infrabel que l’on était sur les nerfs pendant ces derniers jours. Si tous les passages ont bien été testés, faire rouler des centaines de trains en conditions réelles est une toute autre histoire que quelques trains de tests. On commence à entrevoir un retour à la normale immédiat après le 11 novembre et le dernier week-end de travaux. pendant lequel, en plus de l’installation de la quarantaine d’aiguillages restants les équipes d’Infrabel réaliseront des tests de sécurité.

Du côté des navetteurs, c’est donc le soulagement qui domine. "Nous avions de très grosses craintes au début notamment pour les changements d’habitude. On a eu quasiment zéro plainte. Les seuls commentaires négatifs que l’on a reçus sont par rapport à l’allongement du temps en raison des trajets alternatifs", détaille Gianni Tabbone, porte-parole de navetteurs.be.

L’association pointe notamment la bonne communication de la SNCB qui lui a permis de correctement relayer l’information à ses membres. "Quand ça va, il faut le dire aussi. C’étaient des travaux qui étaient nécessaires pour éviter des problèmes plus tard", ajoute Tabbone.

Au terme de ces travaux, la technologie électromécanique sera remplacée par de l’informatisation. Le budget du chantier était de 24 millions. La digitalisation a pour but "de garantir la sécurité et la fiabilité de l’axe le plus dense du réseau ferroviaire belge, mais aussi de déployer le système de sécurité Européen ETCS", rappelle Infrabel.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect