Uber vs taxis: mobilisation et violences

©Photo News

Opérations escargots, blocages des gares et des aéroports, voitures de concurrents prises pour cible: près de 3.000 taxis en colère ont dénoncé la "concurrence sauvage" de l'application mobile UberPOP lors d'une mobilisation émaillée de violences et promis de "poursuivre le mouvement".

"J'appelle tout ceux qui sont dans l'action à n'engager aucune violence", a redit jeudi le ministre de l'Intérieur français Bernard Cazeneuve. Face aux tensions, le ministre de l'Intérieur a multiplié les gestes de fermeté: saisine du procureur de la République de Paris contre UberPOP, dénonçant notamment un délit "d'organisation d'activités illicites de transports de personnes", et arrêté d'interdiction de son activité dans l'agglomération parisienne.

Les taxis, qui dénoncent "la précarisation des chauffeurs" et répondent à l'appel de l'ensemble des syndicats, exigent l'arrêt du service UberPOP et l'application des lois réprimant les taxis clandestins.

Depuis plusieurs mois, le groupe américain des voitures de transport avec chauffeur (VTC) Uber s'est engagé dans un bras de fer avec l'Etat, autour de sonapplication mobile UberPOP, un service à prix cassés qui met en relation des passagers et des conducteurs non professionnels assurant le transport avec leurs véhicules personnels.

Insuffisant pour les syndicats: invités à Matignon dans l'après-midi, ils ont décidé "à l'unanimité" de boycotter la rencontre, en l'absence de Manuel Valls, en déplacement à l'étranger, et de "poursuivre le mouvement".  Face au ras-le-bol de la profession, ils revendiquent la nécessité de faire passer un message fort: "On est obligé de passer par cette étape de la radicalité", souligne Abdel Ghalfi (CFDT).

Porte Maillot à Paris, des taxis ont pris d'assaut et incendié les vans de deux conducteurs de voitures de transport avec chauffeur (VTC) -pourtant autorisés et n'ayant rien à avoir avec UberPOP-, provoquant l'intervention des CRS et des pompiers, dans une odeur âcre de fumée, avec claquement de pétards et fracas de poubelles renversées.

Les taximen en colère ont incendié les vans de deux conducteurs de VTC, provoquant l'intervention de forces antiémeutes et des pompiers, dans une odeur âcre de fumée, avec claquement de pétards et fracas de poubelles renversées. ©AFP
Les conducteurs de taxis exigent l'arrêt du service UberPOP et l'application des lois réprimant les taxis clandestins. ©REUTERS
Cette voiture a été retournée à la Porte Maillot de Paris par des conducteurs de taxis pendant leur manifestation. ©REUTERS
La circulation a été perturbée dans certains quartiers de Paris, notamment vers la Porte Maillot, dans l'ouest de la capitale, où des policiers anti-émeutes sont intervenus peu après 7h pour dégager le boulevard périphérique bloqué. ©REUTERS
Les taximen français ont bloqué le ring de Paris en guise de protestation contre le service Uber. ©REUTERS
Opérations escargots, blocages des gares et des aéroports, voitures de transport avec chauffeur (VTC) prises pour cible: dès l'aube, les protestataires, au nombre de près de 3.000 sur l'ensemble du pays selon la police, ont multiplié les actions coup de poing. ©EPA
A l'aéroport parisien de Roissy, les accès à trois terminaux (2E, 2F et 2D) étaient bloqués. ©REUTERS
Ambiance tendue aussi à l'aéroport d'Orly où des grévistes faisaient la chasse aux chauffeurs clandestins, sous le regard des forces de l'ordre. ©REUTERS



Pour Gilles Alonso, du syndicat Alliance Taxi 13, "quand on ne s'acquitte d'aucune charge sociale, c'est facile de faire des courses à 3 ou 4 euros...".

Au total, 2.800 taxis ont été mobilisés en France avec une "trentaine de points de blocage", selon une source policière.

Ce mouvement recueille un large écho dans la classe politique, de la gauche à l'extrême droite. Seul l'ex-Premier ministre de droite François Fillon juge que "c'est la chienlit aujourd'hui, franchement".

Et la chanteuse américaine Courtney Love, veuve du leader de Nirvana Kurt Cobain, a créé le buzz avec ses tweets: "Notre voiture a été prise dans une embuscade (...) ils frappent notre voiture avec des barres de fer. C'est la France? Je suis plus en sécurité à Bagdad. François Hollande, où est la putain de police?".

François Hollande where are the fucking police??? is it legal for your people to attack visitors? Get your ass to the airport. Wtf???— Courtney Love Cobain (@Courtney) 25 Juin 2015

how on earth are these people allowed to do this? the first car was destroyed, all tires slashed… https://t.co/lWuFRMG6I5— Courtney Love Cobain (@Courtney) 25 Juin 2015

©REUTERS

 

Lire également

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content