Publicité

Avec son "4", Cowboy veut mettre une nouvelle clientèle en selle

Les Cowboy 3 restent en vente. Leur prix diminue de 200 euros.

Cowboy espère toucher un public plus large avec son quatrième modèle de vélo. Malgré la pénurie de composants, la marque belge promet encore une livraison en 5 semaines.

C'est une semaine marathon qui vient de se clôturer pour le management de Cowboy entre Paris, Amsterdam, Londres ou Bruxelles. La société y dévoilait son nouveau modèle, le Cowboy 4, qui se déclinera en deux versions, dont une à cadre bas: une première pour la marque bruxelloise, qui espère attirer une nouvelle clientèle.

"Notre vraie concurrence reste les magasins de quartier, qui représentent 3/4 des ventes de vélos."
Adrien Roose
CEO et cofondateur de Cowboy

Le CEO et cofondateur Adrien Roose vante les qualités de son nouveau modèle, dont "le design est parti d'une feuille blanche", avec 200 pièces développées en interne, un moteur plus petit et plus puissant, un chargeur de téléphone sans fil intégré, un confort amélioré, etc.

"Notre vraie concurrence reste les magasins de quartier, qui représentent 3/4 des ventes de vélos. Le gros des volumes reste sur les marques traditionnelles. Nous avons pris la décision de vendre seulement via notre site cowboy.com. C'est à nous de nous faire connaître par d'autres moyens", explique Roose.

Le parrainage est un pan important de cette stratégie de vente. 25% des clients de Cowboy passent par celui-ci, avec, au final, un cadeau pour le parrain et le parrainé.

25%
25% des clients de Cowboy passent par le parrainage pour s'acheter un vélo. Avec, au final, un cadeau pour le parrain et le parrainé.

Si le vélo électrique est en plein boom en entreprise, les ventes aux compagnies ne représentent que 10% des ventes de Cowboy. Dans ce segment, la société ne travaille que via des partenariats, avec des acteurs classiques du leasing en "B2B2C". Le focus est mis sur le produit et le logiciel, alors que Cowboy se veut d'abord une société technologique, "un software sur roues". La moitié de ses équipes sont des ingénieurs.

Cela n'empêche pas Cowboy d'enregister une belle croissance. "Au premier trimestre 2021, on a plus que doublé notre chiffre d'affaires, alors que la saison n'avait pas encore commencé", détaille Adrien Roose.

Le modèle en ligne, pensé dès la création de la société, était finalement tout adapté à la pandémie, avec des essais et des livraisons à domicile. Sur les neuf derniers mois, un service de réparation à domicile partout en Europe a été mis sur pied.

Pénuries

Le secteur du vélo électrique fait face à des pénuries de pièces, et Cowboy ne fait pas exception. Le CEO assure cependant que ses vélos sont encore livrables en 5 semaines, là où d'autres marques affichent des délais de livraison de 6 mois. "Nous sommes aidés par notre stratégie de développement vertical. On développe beaucoup de choses en interne, ce qui nous affranchit de pas mal de problèmes", dit Roose.

Le Cowboy 4 existe aussi en version cadre bas. ©Cowboy

Cowboy, vélo hyperconnecté, est aussi sujet aux problèmes d'approvisionnements de semi-conducteurs. Là aussi, le CEO se veut rassurant. Comme la société Cowboy développe elle-même l'essentiel de ses pièces, elle a l'avantage de pouvoir prendre ses plans sous le bras, et frapper à la porte d'un autre fournisseur en cas de gros problème.

Assemblé en Europe

L'assemblage du vélo reste en Europe, mais la société travaille désormais avec l'assembleur américain Flex, coté sur le Nasdaq, qui a plusieurs sites de productions en Europe, et assemble les Cowboy en Hongrie. Par le passé, ils étaient assemblés en Pologne.

Cowboy a fait du chemin depuis son lancement en 2018. Depuis 2019, le vélo est commercialisé partout en Europe, même si le premier focus est sur l'Allemagne, la France, les Pays-Bas, l'Angleterre et la Belgique.

Essentiellement vendu en ligne, Cowboy ne possède qu'un seul point de vente physique, le "Saloon", le long du canal à Bruxelles. Il sert d'ailleurs aussi de backoffice et de centre de service. Après avoir conclu une levée de fonds de série B de 23 millions d'euros l'été dernier, Cowboy a les moyens financiers de se développer.

Le développement de nouveaux points de ventes/showroom a été retardé par la pandémie. Mais "un nouveau lieu a été signé à Berlin", et un troisième showroom devrait arriver à Paris d'ici la fin de l'année.

Fitness électrique

La clientèle type de Cowboy est masculine, et a entre 35 et 55 ans. La société veut l'élargir, et le cadre bas devrait aider à y arriver.

"Les gens qui ont un vélo électrique font plus d'exercice qu'avec un vélo normal, car ils l'utilisent plus souvent."
Adrien Roose
CEO et cofondateur de Cowboy

Adrien Roose compte aussi beaucoup sur sa nouvelle application. "On fait un pas vers Strava, Peloton ou même Pokemon Go. On veut exploiter le fitness et l'aspect communautaire. La moitié de nos clients connectent déjà leur téléphone avec l'app", souligne le CEO. "Les gens qui ont un vélo électrique font plus d'exercice qu'avec un vélo normal, car ils l'utilisent plus souvent. C'est ce débat-là que l'on veut ouvrir. Avec le wattage et les calories, les gens vont en prendre conscience."

Le résumé

  • Cowboy, les vélos branchés bruxellois dévoilent leur quatrième modèle.
  • Avec une version cadre bas, la société pense élargir sa clientèle.
  • La pénurie de composants touche aussi la société, mais elle pense avoir un avantage grâce à son intégration verticale.
  • Avec une vente en ligne et des services à domicile, Cowboy était déjà bien adapté pour faire face à la pandémie.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés