Des millions de pertes pour les vélos hype Cowboy

La société bruxelloise Cowboy a encore perdu 3 millions d’euros en 2018.

Cowboy a été créée par trois visages bien connus du monde des start-ups, Adrien Roose, Karim Slaoui (Take Eat Easy) et Tanguy Goretti (Djump). Ils lancent les vélos électriques Cowboy en 2017. Cowboy, qui ne publie pas de chiffre d’affaires, a enregistré une marge opérationnelle brute négative de 1,5 million d’euros l’an dernier. Cela s’est traduit par une perte nette de 3 millions d’euros, selon le rapport annuel. En 2017, Cowboy avait déjà enregistré une perte nette de 1,1 million d’euros.

Cependant, la start-up ne s’inquiète pas des grosses pertes. "Nous investissons énormément dans le développement de produits, matériels et logiciels, afin d’offrir aux cyclistes la meilleure expérience possible", a déclaré le directeur financier, Alexander Cram. "En raison des investissements élevés, une perte de 3 millions d’euros était attendue et conforme à nos plans financiers." Cowboy ne divulgue pas non plus le nombre de vélos déjà vendus mais indique avoir vendu trois fois plus de bicyclettes fin août qu’en 2018. Selon le site web, un vélo électrique coûte au moins 2.000 euros.

"Cowboy réalise déjà un bénéfice par vélo vendu", insiste Cram, mais les investissements sont importants dans les applications et nouveaux modèles. Cowboy a annoncé mardi avoir ferré un gros poisson en la personne de Jeremy Le Van, fondateur de l’application Sunrise, une application de gestion de calendriers vendue 100 millions de dollars en 2015 à Microsoft. 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés