Entrer dans Schengen coûtera désormais 7 euros

©BELGA

L'Union européenne se dote d'un système d'autorisation de voyage, obligeant les citoyens non européens, n'ayant pas de visa, à faire une demande en ligne préalable à leur déplacement dans l'espace Schengen.

Les États membres de l'Union européenne se dotent d'un système d'information et d'autorisation de voyage (ETIAS). Un accord politique a été conclu ce mercredi en ce sens. Mais de quoi s'agit-il?

Un peu comme l'ESTA aux États-Unis, ce système a pour ambition de lutter contre l'immigration illégale, les risques pour la santé publique et les retards aux frontières. "Si nous savons qui vient dans l'Union avant son arrivée à la frontière, nous serons mieux en mesure d'arrêter ceux qui pourraient constituer une menace pour nos citoyens", a déclaré Valentin Radev, ministre bulgare de l'Intérieur et président temporaire.

Cela veut dire que toute personne souhaitant avoir accès à l'un des 26 pays de l'espace Schengen devra désormais remplir en ligne une demande d'autorisation. Cela lui coûtera 7 euros.

• Qui est concerné? Les personnes visées par cette mesure sont les adultes provenant de pays sans visa. On estime que cette mesure s'appliquera  à 1,4 milliard de citoyens d'une soixantaine de pays exemptés de l'obligation de visa pour l'Europe tels que les États-Unis, le Canada, la Malaisie et le Paraguay.

Le contrôle s'effectuera, lui, au départ des informations regroupées dans des bases de données. De l'obtention de cette autorisation dépendra la tenue du voyage. Le refus ou l'autorisation sera délivré au maximum 96 heures après l'introduction d'une demande. En cas de refus, la personne concernée sera informée des motifs de la décision ainsi que de son droit à un recours.

L'accord prévoit par ailleurs que tous les acteurs du transport aérien et maritime devront vérifier si les passagers ont reçu une autorisation. Dans trois ans, la mesure sera étendue aux sociétés internationales d'autobus assurant des liaisons routières.

Les coûts de développement sont estimés à plus de 200 millions d'euros. Annuellement, le système coûtera ensuite 85 millions d'euros. La Commission européenne ajoute que ces coûts annuels seront "amplement" couverts par les revenus.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect