Eurolines fait aveu de faillite en Belgique

Fin de parcours pour Eurolines Belgique. ©BELGA

Après la mise en liquidation d'Eurolines en France, c'est au tour de la filiale belge de déposer le bilan.

Il fallait s'y attendre. Un peu plus d'un mois après la liquidation judiciaire d'Eurolines en France, la filiale belge de la compagnie de transport de passagers par bus a fait aveu de faillite ce mercredi matin devant le tribunal de l'entreprise francophone de Bruxelles.

Dans le courant de l'été, la société allemande Flixbus, qui avait mis la main sur Eurolines en avril 2019 avait annoncé sa volonté de mettre Eurolines en liquidation judiciaire. En dernier recours, le tribunal de Nanterre avait décidé de donner un mois "d'oxygène" à la société en désignant un administrateur judiciaire, à charge de ce dernier de trouver un repreneur. Hélas, la mission n'a pas été rencontrée et aucun repreneur ne s'est fait connaître. Le 21 juillet dernier, le tribunal de Nanterre n'a eu d'autre choix que de mettre Eurolines en liquidation judiciaire. Cet aveu de faillite de la filiale belge n'est donc qu'une suite logique de la pièce qui vient de se jouer en France.

Se débarrasser d'un concurrent?

A ce moment, les salariés d'Eurolines, défendus en France par l'avocat Pierre-François Rousseau, criaient à qui voulait l'entendre que Flixbus avait organisé cette liquidation dans le but de se débarrasser d'un concurrent devenu gênant dans un marché de plus en plus concurrentiel. Pour justifier cette mise en liquidation, la direction d'Eurolines avait fait état de "la situation comptable et financière dans laquelle se trouve l'entreprise, subitement et fortement aggravée par la crise sanitaire et économique", rapportaient alors nos confrères du Figaro. Cette sortie avait fait dire aux salariés d'Eurolines que la direction du Flixbus "profitait" du Covid-19 pour se défaire de cette filiale.

1,8
million d'euros
Le montant de la perte enregistrée par Eurolines Belgique en 2018.

La reprise d'Eurolines par Flixbus portait sur les activités en France, aux Pays-Bas, en République Tchèque, en Espagne et en Belgique. Chez nous, d'après les dernières informations financières disponibles et publiées, il semble qu'Eurolines occupait encore une trentaine de personnes. L'activité se répartissait entre six sites (Schaerbeek (2 sites), Saint-Gilles, Anvers, Liège et Gand). Et la lecture des derniers résultats publiés nous apprend que la situation financière de la société n'était guère brillante. En effet, les résultats de 2018 affichaient une perte de 1,8 million d'euros, contre une perte de 1,4 million à la fin 2017 et une perte de 1,2 million un an auparavant. Dans le courant du mois de décembre 2018, la société avait réduit son capital, celui-ci passant alors de 3,4 à 1,4 million d'euros.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés